Dernières Nouvelles | News 24

Le pape François déclare que les séminaires italiens devraient refuser les candidats homosexuels

Le pape François a demandé à la conférence épiscopale italienne de ne pas autoriser les hommes homosexuels à entrer au séminaire pour se former au sacerdoce, selon les médias italiens.

Les paroles du pape en ont surpris plus d’un étant donné son ouverture à la communauté LGBT tout au long de son pontificat. François a répondu : « Qui suis-je pour juger ? » interrogé sur un « lobby gay » au Vatican lors du vol de retour des Journées mondiales de la jeunesse à Rio de Janeiro en 2013.

Mais dans ses remarques aux évêques, le pape a exprimé quelle est la position officielle du Vatican depuis 2005, lorsque la Congrégation pour l’Éducation catholique, avec l’approbation du pape Benoît XVI, a publié un document sur la question, intitulé «Instruction concernant les critères de discernement des vocations à l’égard des personnes à tendance homosexuelle en vue de leur admission au Séminaire et aux Ordres Saints.» Ce document a ensuite été approuvé par le pape François en 2016.

François a fait ces remarques lors d’une réunion à huis clos de 90 minutes dans l’ancienne salle synodale du Vatican avec plus de 200 membres de la conférence des évêques italiens, lundi 20 mai dernier.

Depuis le début de son pontificat, François a participé à des séances de questions-réponses lors de la réunion semestrielle de la conférence. Il n’existe jusqu’à présent aucun texte officiel des remarques du pape lors de la conférence de lundi dernier. Ces propos, rapportés pour la première fois par Dagospieun média spécialisé dans les informations confidentielles et les scoops, ont ensuite été rapportés par les principaux quotidiens italiens, La Repubblica et Corriere della Sera, mais n’ont pas été officiellement confirmés.

Une source bien informée, qui a souhaité rester anonyme, a déclaré Amérique qu’il a appris la nouvelle pour la première fois le 21 mai par trois évêques italiens présents à la réunion.

La question de l’homosexualité et des séminaristes est débattue depuis un certain temps par la conférence des évêques italiens et, selon le Corriere della Sera, lors de leur réunion à Assise en novembre dernier, ils « avaient approuvé un nouveau document ‘Ratio Formationis Sacerdotalis’, non mais approuvé par le Saint-Siège, réglementant l’admission et la formation en [Italian] séminaires, dans lesquels ils ont approuvé à la majorité un amendement qui reconnaissait la distinction entre une simple orientation homosexuelle et des « tendances profondément enracinées ».

Cela, rapportait le journal, signifiait « en substance, qu’une personne homosexuelle pouvait être admise au séminaire si, comme l’hétérosexuel, elle garantissait qu’elle savait vivre la discipline du célibat. L’implication est que c’est plus difficile pour les homosexuels parce qu’ils vivront dans une communauté exclusivement masculine pendant de nombreuses années. Mais, observe le journal, « il semble que le pape François ait une vision plus radicale : pour éviter des problèmes de ce genre, les personnes homosexuelles ne devraient pas être admises au séminaire. Arrêt complet! »

La Repubblica rapporte à peu près la même chose, mais ajoute que deux ou trois évêques ont soulevé des questions à ce sujet lors de la réunion de la semaine dernière avec le pape, et l’un d’eux a explicitement demandé à François ce qu’il devrait faire en tant qu’évêque « lorsqu’un homosexuel ouvertement déclaré frappe à la porte ». du séminaire. » Le journal dit : « Le pape, qui avait déjà manifesté dans le passé son opposition à cette [entry]a répondu de manière résolument négative, tout en soulignant que le respect est dû à toute personne quelle que soit son orientation sexuelle.

Selon La Repubblica, François a déclaré qu’« il est nécessaire de poser des balises et d’éviter le risque que l’homosexuel qui choisit le sacerdoce finisse par vivre une double vie, en continuant à pratiquer l’homosexualité, tout en souffrant de cette dissimulation.

Il Corriere della Sera, La Repubblica et Dagospia rapportent que François, dont la langue maternelle est l’espagnol et non l’italien, et qui utilise souvent un langage familier dans ses conversations, a surpris les évêques en utilisant le mot italien « frociaggine », qui est un terme péjoratif pour « queerness ».  » en italien. On ne sait pas s’il était conscient du caractère offensant de ce mot. Les principaux quotidiens italiens l’ont cité disant qu’« il y a trop de frociaggine dans les séminaires. » Diverses sources affirment que l’utilisation par le pape de « frociaggine » était une gaffe de la part du pape, plutôt qu’une insulte, étant donné la question du pape : « Qui suis-je pour juger ? attitude envers les prêtres homosexuels.

Le Vatican document publié en 2005 déclare :

[T]son Dicastère, en accord avec la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, croit nécessaire de préciser clairement que l’Église, tout en respectant profondément les personnes en question, ne peut admettre au séminaire ou aux ordres saints ceux qui pratiquent l’homosexualité, présentent des tendances homosexuelles profondément ancrées ou soutiennent la soi-disant « culture gay ».

La Repubblica note que cette question semble être à l’ordre du jour de l’un des dix groupes d’étude que le pape François a constitués en relation avec le Synode sur la synodalité, qui tiendra sa session finale en octobre prochain. Il est peu probable que les résultats des groupes de travail soient prêts à temps pour cette assemblée, mais ils peuvent néanmoins apporter une contribution.

Correction, 27 mai 2024 : En raison d’une erreur d’édition, cet article indiquait à l’origine de manière incorrecte que les Journées mondiales de la jeunesse de Rio avaient lieu en 2016.


Source link