Dernières Nouvelles | News 24

Le pape François aurait déclaré à un groupe de prêtres que « les ragots sont une affaire de femmes » | Pape François

Le pape François aurait déclaré à un groupe de jeunes prêtres que « les commérages sont une affaire de femmes », deux jours après avoir présenté ses excuses pour avoir proféré des insultes homophobes.

Cette remarque aurait été faite jeudi lors d’une réunion à huis clos avec un groupe de prêtres nouvellement ordonnés à Rome, selon un article publié sur Il Silere Non Possumun site Internet dédié à l’actualité du Vatican, puis rapporté par plusieurs grands journaux et agences de presse italiens.

Le pontife, 87 ans, aurait déconseillé aux prêtres de « dénigrer » les paroisses et les congrégations, avant d’affirmer : « Les commérages sont une affaire de femmes ». Il aurait ajouté : « On porte le pantalon, il faut dire des choses. »

Marco Perfetti, directeur d’Il Silere Non Possum, a déclaré que le site disposait d’un enregistrement audio de la discussion, qui, selon lui, avait été enregistré par plus d’un participant à l’événement et étayé par des sources. « Nous avons l’enregistrement du pape disant cela », a-t-il déclaré.

Le site prétend offrir un « regard privilégié » sur le Vatican et l’Église catholique. Une grande partie de sa couverture est critique.

Le Vatican n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

En public, le pape s’est prononcé favorablement à l’égard des femmes et a encouragé leurs progrès, notamment en nommant des femmes à des postes élevés au Vatican. En avril il a dit: « Prions pour que la dignité et la valeur des femmes soient reconnues dans toutes les cultures, et pour que cesse la discrimination à laquelle elles sont confrontées dans diverses parties du monde. »

Cependant, dans le passé, il a également fait grimacer les femmes avec ses paroles. S’adressant aux religieuses en 2013, il a déclaré : « Soyez une mère et non une vieille fille ! » En 2014, il a qualifié la nomination de plusieurs femmes à la commission théologique internationale du Vatican de « fraises sur le gâteau ».

Mardi, François a présenté de rares excuses après des informations parues dans la presse italienne selon lesquelles il aurait utilisé l’insulte homophobe italienne « frociaggine» lors d’une discussion avec des évêques sur l’admission des hommes homosexuels dans les séminaires. Il a déclaré qu’il n’avait jamais eu l’intention d’offenser ou de s’exprimer en termes homophobes.


Source link