Le NPD demande une enquête sur les bénéfices des épiceries alors que les prix des aliments continuent d’augmenter

Le NPD fédéral demande une enquête parlementaire sur la hausse du coût des aliments afin de déterminer si les grandes chaînes d’épiceries engrangent des profits excédentaires.

Alors que le problème d’inflation au Canada semble s’atténuer, le coût des produits d’épicerie a augmenté de 10,8 % au cours de la dernière année, selon Statistique Canada.

Le porte-parole du NPD en matière d’agriculture, Alistair MacGregor, a déclaré qu’il prévoyait de déposer une motion devant le comité de l’agriculture de mercredi proposant que les députés enquêtent pour savoir si les épiceries ont profité de l’inflation.

“Je pense que les Canadiens méritent des réponses et… en cette période où ils voient les prix de tout augmenter, ils ont malheureusement un gouvernement libéral qui n’a pas prêté beaucoup d’attention au rôle que joue la cupidité des entreprises dans l’augmentation des prix qu’ils constatent”, MacGregor a déclaré à CBC.

Les trois principales chaînes d’épiceries du Canada ont toutes affiché des bénéfices accrus dans leurs plus récents rapports financiers. Loblaw a déclaré un bénéfice trimestriel de 387 millions de dollars, soit une augmentation de 12 millions de dollars, ou 3,2 %, par rapport au même trimestre l’an dernier.

Metro a enregistré un bénéfice trimestriel de 275 millions de dollars, contre 252,4 millions de dollars au même trimestre l’année précédente. Et Empire a déclaré un bénéfice de 178,5 millions de dollars au cours de son dernier trimestre, contre 6,6 millions de dollars au même trimestre de l’année précédente.

Les marques de Loblaw comprennent Shoppers Drug Mart, Superstore et No Frills. Metro possède Food Basics, Jean Coutu, Metro et d’autres marques, tandis qu’Empire possède Sobeys et FreshCo.

Le député néo-démocrate Alistair MacGregor se lève pendant la période des questions sur la colline du Parlement à Ottawa le 17 février 2017. (Justin Tang/La Presse canadienne)

Alors que Loblaw et Métro ont attribué leurs bénéfices accrus à une augmentation des ventes de produits pharmaceutiques, MacGregor a déclaré que cela valait toujours la peine d’être examiné.

“Je sais que les Canadiens essaient de faire tout ce qu’ils peuvent pour équilibrer leurs budgets, mais ils méritent aussi que les parlementaires se penchent sur cette question et trouvent des solutions”, a-t-il déclaré.

Partha Mohanram, professeure à l’Université de Toronto et experte en analyse des états financiers, a déclaré qu’il y avait peu de preuves suggérant que les grands épiciers utilisent l’inflation comme prétexte pour augmenter leurs profits.

“Il est incroyablement difficile de faire une allégation selon laquelle ces types profitent, mais il ne fait aucun doute qu’ils s’en sortent plutôt bien”, a-t-il déclaré.

Le NPD demande une enquête sur les bénéfices des épiceries alors que les prix des aliments continuent d'augmenter
Le Conseil canadien du commerce de détail, qui représente les principaux épiciers, a déclaré qu’il ne s’opposait pas à une étude du comité, mais – comme Charlebois – a fait valoir qu’il devrait examiner l’effet des pressions externes – comme la guerre en Ukraine – sur les prix des aliments. (Ivanoh Demers/Radio-Canada)

UN rapport récent de l’Université de Dalhousie a examiné les bénéfices des principaux épiciers du Canada au cours des cinq dernières années et n’a trouvé aucune preuve de profit de la récente flambée de l’inflation.

“Si la” cupidité “existe, les données disponibles suggèrent que les épiciers ne sont pas responsables”, indique le rapport.

“Si les gens accusent les épiciers d’escroquerie et de profit, nous ne savons pas d’où ils tirent leurs données”, a déclaré Sylvain Charlebois, l’un des auteurs du rapport.

Mais Charlebois, qui est également directeur du laboratoire d’analyse agroalimentaire de l’Université Dalhousie, a déclaré qu’une étude sur la hausse du coût des aliments vaut toujours la peine, tant qu’elle ne se concentre pas uniquement sur les bénéfices des épiceries.

Le Conseil canadien du commerce de détail, qui représente les principaux épiciers, a déclaré qu’il ne s’opposait pas à une étude du comité, mais – comme Charlebois – a fait valoir qu’il devrait examiner l’effet des pressions externes – comme la guerre en Ukraine – sur les prix des aliments.

“Il serait avantageux pour tout observateur d’examiner la question de la hausse des prix des denrées alimentaires à partir de zéro, car il y a tellement d’événements mondiaux et de pressions en jeu”, a déclaré la porte-parole du conseil, Michelle Wasylyshen, dans un e-mail.

Un porte-parole du député conservateur John Barlow, vice-président du comité de l’agriculture, a déclaré à CBC News que Barlow ne commenterait pas la motion tant qu’il n’aurait pas vu le texte.

CBC a contacté les membres libéraux du comité de l’agriculture pour leur demander s’ils appuieraient l’étude, mais n’a pas reçu de réponse au moment de la publication.