Skip to content

WALLDORF, Allemagne (Reuters) – SAP a relevé mardi ses perspectives de revenus et de bénéfices alors que les nouveaux co-PDG Jennifer Morgan et Christian Klein ont livré une première série de résultats trimestriels solides chez le principal fournisseur de logiciels d'entreprise.

Le nouveau duo de dirigeants de SAP fournit des résultats en ligne et améliore ses orientations

PHOTO DE DOSSIER: Un homme passe devant un logo SAP lors de l'assemblée générale annuelle de l'entreprise à Mannheim, en Allemagne, le 15 mai 2019. REUTERS / Ralph Orlowski

Morgan et Klein ont succédé en octobre au PDG de longue date, Bill McDermott, qui, au cours de sa dernière année en charge, a lâché 4% du personnel de SAP et a lancé une nouvelle stratégie à long terme axée sur la croissance organique et l'amélioration de l'efficacité.

Cela a mis l’accent de la nouvelle équipe dirigeante sur l’exécution, notamment en encourageant les clients de SAP à adopter sa dernière base de données S / 4HANA et à passer à des services par abonnement hébergés dans des centres de données distants.

"Nous assistons à une énorme accélération dans le cloud", a déclaré Klein aux journalistes lors d'une conférence téléphonique.

La société technologique la plus précieuse d'Europe s'attend désormais à une croissance du résultat d'exploitation ajusté de 8% à 13% en 2020, tout en confirmant son ambition d'atteindre 35 milliards d'euros (38,8 milliards de dollars) de chiffre d'affaires en 2023.

SAP, basé dans la petite ville rhénane de Walldorf, s'est fixé pour objectif d'augmenter ses marges d'un point de pourcentage par an. Les coûts liés aux acquisitions ont ralenti la progression en 2019, mais l'augmentation des marges devrait s'accélérer cette année.

«Nous avons de grandes attentes pour des gains d'efficacité continus et l'expansion de notre rentabilité en 2020», a déclaré le directeur financier Luka Mucic.

SAP prévoit que le résultat d'exploitation non-IFRS atteindra 8,9-9,3 milliards d'euros en 2020, tandis que les revenus devraient progresser de 6 à 8% à 29,2-29,7 milliards d'euros.

Au milieu de ces indications, les marges augmenteraient de 120 points de base à 30,9% en 2020, contre un gain de 80 points de base l'an dernier, a-t-il déclaré aux journalistes.

Au quatrième trimestre, la marge opérationnelle non-IFRS à taux de change constant était de 35,2%, en hausse d'un point de pourcentage par rapport à l'année précédente, et juste au-dessus d'une prévision médiane de 35% dans un sondage des analystes de Vara Research.

Le résultat opérationnel non-IFRS, qui exclut les éléments exceptionnels tels que les charges de restructuration, progresse de 9% à 2,8 milliards d'euros au quatrième trimestre à taux de change constant, en ligne avec les attentes des analystes.

Le résultat non ajusté a cependant diminué de 11% en raison de l'exercice de restructuration et des coûts liés à la prise de contrôle de 8 milliards de dollars en 2018 de Qualtrics, spécialisée dans la mesure de la confiance des clients.

Reportage par Douglas Busvine; Montage par Michelle Martin

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *