Skip to content

Karoui a nié les accusations portées à son encontre, notamment l'utilisation illégale d'une série de sociétés écrans offshore pour éviter des millions de dollars en impôts, et s'est engagé à poursuivre sa campagne. Le 12 septembre, il a entamé une grève de la faim pour protester contre son incarcération.

Alors que Kaorui était en campagne électorale et incapable de participer aux débats présidentiels rassemblant tous les autres candidats principaux, son épouse a pris la tête des médias et lors de manifestations, renvoyant à son pays le message de "la guerre à la pauvreté" du candidat et exhortant les électeurs à "renvoyer la Tunisie à la personnes."

Le message a fait écho à de nombreuses personnes qui, huit ans après le début de la transition démocratique en Tunisie, sont déçues de la dégradation de la situation économique, notamment du taux de chômage élevé et de l’inflation.

Omar Fadhine, un plombier de la ville natale de Karoui, à Bizerte, a déclaré au journal The Telegraph qu'il soutenait Karoui parce qu'il "défend les pauvres" et "ose aller dans des endroits isolés et marginalisés que personne d'autre ne se soucie ou où il va". »Un sentiment repris par de nombreux participants.

Bien que Karoui ait beaucoup de détracteurs, les derniers sondages indiquent qu'il est un favori pour se qualifier pour le second tour. Si cela se produit, les questions concernant son incarcération et sa participation au processus électoral ne feront que se creuser. Il restera également à voir si Karoui sera en mesure de participer à un éventuel second tour de débats.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *