Skip to content

YANGON (Reuters) – Le leader du Myanmar et lauréat du prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, est parti dimanche pour la cour suprême de l'ONU à La Haye pour défendre le pays contre les accusations de génocide de sa minorité musulmane rohingya.

Le leader du Myanmar, Suu Kyi, part pour des audiences sur le génocide en fanfare chez lui

PHOTO DE DOSSIER: La conseillère d'État du Myanmar Aung San Suu Kyi quitte la scène après avoir prononcé un discours à la nation sur la situation de Rakhine et Rohingya, à Naypyitaw, Myanmar, le 19 septembre 2017. REUTERS / Soe Zeya Tun / File Photo

Suu Kyi a été photographiée en train de sourire en traversant l'aéroport de Naypyitaw, la capitale nationale, flanqué de fonctionnaires, un jour après que des milliers de personnes se soient rassemblées dans la ville pour la soutenir et une cérémonie de prière a eu lieu en son nom.

Les foules devraient se rassembler à nouveau dans l'après-midi pour envoyer plusieurs dizaines de supporters qui se rendront à La Haye aux Pays-Bas et des manifestations sont prévues tout au long de la semaine à venir, avec des audiences prévues du 10 au 12 décembre.

La Gambie, un minuscule pays à majorité musulmane d'Afrique de l'Ouest, a déposé une plainte en novembre accusant le Myanmar à majorité bouddhiste de génocide, le crime international le plus grave, contre sa minorité musulmane rohingya.

Pendant trois jours d'audience, il demandera au panel de 16 membres des juges de l'ONU à la Cour pénale internationale de prononcer des «mesures provisoires» pour protéger les Rohingyas avant que l'affaire ne soit entendue dans son intégralité.

Plus de 730 000 Rohingyas ont fui le Myanmar en 2017 après une brutale répression menée par l'armée, selon l'ONU, qui a été exécutée avec «intention génocidaire» et comprenait des massacres et des viols.

Malgré la condamnation internationale de la campagne, Suu Kyi, dont le gouvernement a défendu la campagne comme une réponse légitime aux attaques des militants rohingyas, reste extrêmement populaire dans son pays.

Samedi, des milliers de personnes se sont rassemblées à Naypyitaw tandis que de hauts responsables ont organisé une cérémonie de prière à la cathédrale Sainte-Marie dans l'ancienne capitale de Yangon.

Parmi eux se trouvait le ministre de la religion Thura Aung Ko, qui a exprimé son mépris pour la minorité et a déclaré l'année dernière que les réfugiés dans les camps au Bangladesh étaient «soumis à un lavage de cerveau» pour «marcher» sur le Myanmar à majorité bouddhiste.

Suu Kyi a passé la veille de sa rencontre de départ avec le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, les deux pays s'engageant à resserrer leurs liens, selon Zhao Lijan, directeur général adjoint du département de l'information au ministère chinois des Affaires étrangères.

"Aung San Suu Kyi a remercié la Chine pour son soutien et son aide solides dans la sauvegarde de la souveraineté nationale, l'opposition à l'ingérence étrangère et la promotion du développement économique et social", a-t-il déclaré dimanche sur Twitter.

Des manifestations pro-Suu Kyi ont eu lieu dans les principales villes et villages depuis l'annonce de sa présence en personne aux audiences.

Des panneaux d'affichage avec sa photo et les mots «stand with Suu Kyi» ont également été érigés à travers le pays, y compris dans l'ancienne capitale historique Bagan, la principale attraction du pays pour les touristes qui viennent voir les temples centenaires.

(Cette histoire a été archivée pour corriger le nom de Zhao Lijan, pas Lijan Zhao, au paragraphe 10)

Reportage de Thu Thu Aung. Écriture par Poppy McPherson. Montage par Lincoln Feast.

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *