Le Kremlin révèle une base possible pour les pourparlers Poutine-Biden

Les propositions de la Russie sur les garanties de sécurité pourraient servir de tremplin pour un réengagement, selon Dmitri Peskov

Des pourparlers potentiels entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Joe Biden dépendraient de la volonté de Washington d’entendre les préoccupations de Moscou en matière de sécurité, a déclaré dimanche le secrétaire de presse du Kremlin.

S’adressant à la chaîne de télévision Rossiya-1, Dmitry Peskov a déclaré qu’un réengagement de haut niveau pourrait se produire si les États-Unis « tient compte de nos préoccupations.

Cela dépendrait de « la volonté américaine de revenir à l’état des choses de décembre-janvier et de se poser la question : ce que proposent les Russes ne nous convient peut-être pas à tous, mais peut-être devrions-nous quand même nous asseoir avec eux à la table des négociations ?

Le porte-parole a expliqué qu’il faisait référence aux projets de documents sur les garanties de sécurité que Moscou avait soumis à Bruxelles et à Washington avant que le conflit ukrainien n’éclate fin février.

À la mi-décembre de l’année dernière, le ministère russe des Affaires étrangères a publié les projets de deux traités – l’un avec les États-Unis et l’autre avec l’OTAN – avec une liste des exigences de sécurité de Moscou, dans le but de réduire les tensions en Europe.

Lire la suite

Biden répond aux spéculations sur la réunion de Poutine

À l’époque, la Russie voulait que l’Occident interdise à l’Ukraine d’entrer dans l’OTAN et limite le déploiement de troupes et d’armes sur le flanc est du bloc. Il a également insisté pour que l’alliance militaire se replie sur ses frontières à partir de 1997, avant de s’étendre vers l’est.

Bien que ni les États-Unis ni l’OTAN n’aient donné de réponses écrites aux propositions de la Russie, ils ont tous deux rejeté la demande de Moscou d’exclure l’Ukraine du bloc.

Plus tôt ce mois-ci, Poutine a déclaré qu’il ne voyait pas la nécessité de pourparlers avec son homologue américain, expliquant que “Il n’y a pas encore de plate-forme pour des négociations.” La déclaration a été reprise par la Maison Blanche, qui a déclaré que Joe Biden ne prévoyait pas de rencontrer le dirigeant russe au sommet du G20 le mois prochain, bien qu’il ait précédemment refusé d’exclure cette possibilité.

La dernière fois que les deux dirigeants se sont rencontrés en personne, c’était en juin 2021 à Genève, en Suisse. Les pourparlers ont été suivis d’un sommet virtuel en décembre, l’Ukraine étant l’un des sujets à l’ordre du jour.