Le Japon veut limiter la propriété étrangère des entreprises des secteurs de l'informatique et des télécommunications

0 126

TOKYO (Reuters) – Le gouvernement japonais a annoncé lundi que les industries de haute technologie seraient ajoutées à une liste de sociétés pour lesquelles la participation étrangère de sociétés japonaises est limitée.

Un homme utilise son smartphone à côté d'un tambour de taiko traditionnel japonais, tandis qu'un homme utilise son smartphone à côté d'un tambour de taiko traditionnel tout en se préparant pour le prochain festival Kanda à Tokyo, au Japon, le 10 mai 2019. REUTERS / Issei Kato

La nouvelle réglementation, qui entrera en vigueur le 1er août, subit une pression croissante des États-Unis pour faire face aux risques de cybersécurité et aux transferts de technologie liés à la Chine.

Le gouvernement japonais n'a pas mentionné de pays ou d'entreprises spécifiques qui seraient affectés par l'application des restrictions existantes en matière de propriété étrangère aux industries des technologies de l'information et des télécommunications.

L'annonce a été faite le même jour lorsque le président américain Donald Trump et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ont eu des entretiens sur le commerce et d'autres questions à Tokyo.

Les États-Unis ont mis en garde les pays contre l'utilisation de la technologie chinoise, affirmant que les technologies Huawei pourraient être utilisées par Pékin pour espionner l'Occident. La Chine et Huawei ont fermement rejeté ces accusations.

"Compte tenu de l'importance croissante que revêt la cybersécurité ces dernières années, nous avons décidé de prendre les mesures nécessaires, notamment en ajoutant les circuits intégrés, pour prévenir, le cas échéant, une situation qui affectera considérablement la sécurité nationale du Japon", a déclaré le ministre. Ministères japonais dans un communiqué.

Le Japon veut prévenir les fuites de technologies importantes pour la sécurité nationale ou endommager la défense et les fondements technologiques.

Le nouveau régime sera appliqué à 20 secteurs de l'industrie de l'information et de la communication, selon la déclaration conjointe du ministère des Finances, du Commerce et de la Communication.

En vertu de la Loi sur les changes et le contrôle du commerce extérieur, le Japon soumet certains secteurs, tels que les aéronefs, le nucléaire et la fabrication d’armes, au contrôle de la dette.

La loi oblige les investisseurs étrangers à contacter le gouvernement japonais et à déterminer s’ils achètent 10% ou plus des actions des sociétés japonaises cotées en bourse ou des actions de sociétés non cotées.

Si le gouvernement constate des déficiences, il peut ordonner aux investisseurs étrangers de modifier ou d'annuler leurs plans d'investissement.

Reportage de Leika Kihara; Edité par Chris Gallagher et Richard Borsuk

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More