Le Japon cherche à acheter des missiles américains Tomahawk – médias – RT World News

Tokyo chercherait les munitions américaines pour renforcer sa « capacité de contre-attaque »

Le gouvernement japonais est sur le point de conclure un accord pour l’achat de missiles de croisière Tomahawk fabriqués aux États-Unis, selon un rapport des médias locaux, qui est intervenu quelques jours seulement après que Tokyo a finalisé un achat séparé de plusieurs millions de dollars de missiles américains à plus courte portée.

Le journal japonais Yomiuri a rapporté pour la première fois l’accord Tomahawk vendredi, citant des sources gouvernementales anonymes qui ont déclaré que Washington avait “généralement accepté le déménagement” et est maintenant “faire les derniers ajustements” à l’accord.

Tokyo révise actuellement sa stratégie de sécurité nationale pour mettre davantage l’accent sur “capacités de contre-attaque pour détruire les bases de lancement de missiles ennemis à des fins d’autodéfense”, a déclaré le journal, ajoutant que le Tomahawk pourrait servir cet objectif.





Bien que le modèle d’arme exact n’ait pas été spécifié dans le rapport, certaines variantes auraient une portée opérationnelle de plus de 1 000 milles (1 600 kilomètres), selon le développeur du missile, Raytheon, les mettant bien à portée de certaines régions de Chine, Corée du Nord et Extrême-Orient russe. Des sources gouvernementales japonaises ont déclaré qu’elles pensaient que les lanceurs de certains navires de guerre pourraient être modifiés pour accueillir les Tomahawks, qui sont conçus pour être tirés à partir de navires de guerre.

Le secrétaire en chef du Cabinet, Hirokazu Matsuno, a déclaré plus tard à Reuters qu’il était au courant du rapport Yomiuri, mais a refusé de donner des détails, disant seulement que “Le gouvernement envisage des capacités de contre-attaque mais aucun détail n’a été décidé.”

Plus tôt ce mois-ci, Tokyo a conclu un accord pour acheter 32 missiles SM-6 Block I aux États-Unis pour un coût estimé à 450 millions de dollars. Également produites par Raytheon, les munitions ont une portée de seulement 150 miles (240 km), bien en deçà du Tomahawk, et sont conçues pour cibler des moyens aériens, notamment des hélicoptères, des avions à réaction, des drones et même d’autres missiles entrants. Cependant, cette vente doit encore être autorisée par le Congrès américain.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :