Dernières Nouvelles | News 24

Le Hezbollah est un défi plus grand que le Hamas pour Israël : « joyau de l’empire iranien de la terreur »

JERUSALEM — Alors qu’Israël est au bord d’une troisième guerre totale contre le Hezbollah en raison des tirs constants de missiles, de drones et de roquettes meurtriers de l’organisation libanaise, les différences et les similitudes entre le Hezbollah et le Hamas sont désormais scrutées à la loupe.

La République islamique d’Iran finance les mouvements terroristes du Moyen-Orient, le Hamas et le Hezbollah, qui ont déclaré la guerre à Israël et qui sont également responsables de nombreux attentats terroristes contre des civils et des militaires américains.

Fox News Digital a contacté des experts pour une analyse de l’histoire du Hamas, situé dans le sud de la bande de Gaza, et du Hezbollah, qui dirige de facto l’État libanais à la frontière nord d’Israël. Israël a mené deux guerres contre le Hezbollah, en 1982 et en 2006.

« Le Hezbollah est le joyau de l’empire iranien de la terreur et du mal et est de loin le mandataire iranien le plus puissant, doté de capacités d’État-nation et même d’une puissance de feu supérieure à celle dont disposent aujourd’hui plusieurs armées européennes », a déclaré Jonathan Conricus, chercheur principal à la Fondation pour Défense des démocraties et un ancien porte-parole de Tsahal ont déclaré à Fox News Digital.

LES TERRORISTES DU HEZBOLLAH LANCENT UNE ATTAQUE MASSIVE À LA ROQUETTE SUR ISRAËL AU MILIEU DES TENSIONS MONTÉES

Sur cette photo d’archive du 13 février 2016, des combattants du Hezbollah brandissent des drapeaux alors qu’ils se rendent au mémorial du dirigeant assassiné Cheik Abbas al-Mousawi, tué par une frappe aérienne israélienne en 1992, dans le village de Tefahta, au sud du Liban. (Photo AP/Mohammed Zaatari, dossier)

Malgré la pauvreté généralisée et l’instabilité économique en Iran, la République islamique est également une généreuse source de financement du Hezbollah, fournissant à l’organisation terroriste libanaise plus de 700 millions de dollars par an, selon les Forces de défense israéliennes et le Département d’État américain. La coopération militaire conjointe entre le régime iranien et le Hezbollah est une caractéristique de longue date au Liban, en Syrie et dans toute l’Europe en matière de terrorisme et de planification de guerre.

« En comparaison militaire, le Hezbollah est bien plus puissant que le Hamas dans tous les domaines, dans tous les domaines militaires. En termes de nombre de roquettes dont il dispose, de portée, de précision ou de charge utile ou de taille de l’ogive, également en termes de quantité de personnel, de combattants armés, de leur formation et de leur équipement », a ajouté Conricus.

Des soldats israéliens tirent avec un obusier mobile dans le nord d’Israël, près de la frontière avec le Liban, le 15 janvier 2024. (Photo AP/Ohad Zwigenberg)

Le Hezbollah a rassemblé un arsenal massif d’environ 150 000 roquettes et missiles visant l’État juif. L’armée israélienne a réduit l’approvisionnement du Hamas en roquettes et missiles depuis le début de la guerre. Cependant, le Hamas a été capable de lancer huit roquettes depuis la ville de Rafah vers Israël il y a deux semaines. Fox News Digital a rapporté la semaine dernière que le Hezbollah avait lancé plus de 200 missiles, roquettes et drones sur Israël.

Les économies du Hamas et du Hezbollah présentent des similitudes et des différences dans l’ampleur du financement et de la formation militaire de Téhéran.

« Le Hezbollah et le Hamas sont tous deux des organisations terroristes financées principalement par l’Iran. La loyauté du Hezbollah s’adresse uniquement à l’Iran. Le Hamas est envers tous ceux qui l’aident », a déclaré Edy Cohen, un spécialiste israélien du Hezbollah d’origine libanaise.

LE HEZBOLLAH BOMBARDE ISRAÉL AVEC DES FUSÉES ET DES DRONES

Les forces Radwan de l’organisation terroriste du Hezbollah dans une vidéo d’entraînement. (Memri.org)

Cohen, chercheur à l’Eitan, le Centre israélien pour la grande stratégie, a déclaré que « le Hamas est soumis à un blocus maritime et ne peut pas voler vers d’autres pays et ne peut pas recevoir facilement des marchandises ou des armes. Le Hezbollah le peut ».

Le nombre de terroristes combattant pour les deux organisations varie. L’armée israélienne a réduit la force terroriste du Hamas de près de 50 % depuis le début de la guerre, entre 9 000 et 12 000 combattants.

« Sous la direction du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, le groupe dispose d’un effectif de 20 000 à 25 000 combattants à plein temps, avec des dizaines de milliers de réservistes supplémentaires », a déclaré l’armée israélienne. a écrit sur son site Internet. « L’unité d’élite Radwan du Hezbollah est particulièrement connue pour sa compétence au combat et son importance stratégique dans les conflits à travers la région. Cette unité particulière… a été créée avec l’aide de la force iranienne Quds. »

Walid Phares, co-président de #EducateAmerica et professeur d’études sur le Moyen-Orient, a déclaré à Fox News Digital que la première différence principale entre le Hamas et le Hezbollah est que « le Hamas vient des Frères musulmans sur le plan organisationnel et idéologique, c’est donc un groupe extrémiste sunnite, un chapitre d’Ikhwan parmi de nombreux chapitres de la région.

Ikhwan est un mot arabe désignant les Frères musulmans.

Un terroriste du Hamas participe à un défilé militaire pour marquer l’anniversaire de la guerre de 2014 avec Israël près de la frontière dans le centre de la bande de Gaza, le 19 juillet 2023. (Reuters/Ibraheem Abu Mustafa/Photo d’archives)

Il a ajouté que « le Hezbollah vient d’un camp opposé. Ce sont des chiites, mais des chiites djihadistes, constitués d’islamistes chiites libanais qui ont été recrutés (et financés) par les Gardiens de la révolution islamique, ou Sepah Pasdaran, dès 1980. Ils ont été lancés ». par la République islamique dans le nord de la Bekaa cette année-là et a marché vers le sud jusqu’à la banlieue sud de Beyrouth, puis vers le sud après qu’Israël a commencé à se retirer.

LES RISQUES D’UNE GUERRE ISRAËL-HEZBOLLAH « INÉVITABLES », LES EXPERTS CRAINENT : « TOTALEMENT PESSIMISTE »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a visité la base de Gibor de Tsahal à Kiryat Shmona, où il a été informé par le commandant de la 769e brigade Avraham Marciano et le coordinateur du Front intérieur du Commandement du Nord, le brigadier-général. (Rés.) Alon Friedman, 5 juin 2024. (Bureau de presse du gouvernement israélien)

Phares, co-animateur du populaire podcast « Guerre et liberté », a déclaré que « le but ultime du Hamas est de détruire Israël, d’établir un émirat ou un État de type taliban en Palestine, mais, plus important encore, de faire en sorte que cette entité islamique rejoigne un nouveau califat ». dans toute la région. Le Hamas en tant que tel n’est pas un groupe « nationaliste », mais une organisation panislamiste. »

Contrairement au Hamas, Phrase a noté que le Hezbollah croit « exactement à la doctrine du régime iranien. C’est-à-dire établir une république khomeiniste au Liban pour rejoindre la République islamique sœur en Iran, ainsi qu’en Irak et au Yémen, et former éventuellement une république islamique ». Parallèlement au type de califat chiite khomeiniste (jihadiste), connu sous le nom d’imamat, les islamistes chiites rejettent le califat sunnite.

Les forces du Hezbollah Radwan s’entraînent dans le sud du Liban, près de la frontière israélienne. (AP/Hassan Ammar)

L’ayatollah révolutionnaire islamique Ruhollah Khomeini a fondé la République islamique d’Iran en 1979, avec pour mission d’exporter son islamisme chiite à travers le monde.

« Donc, ils sont aux antipodes idéologiquement, comment se sont-ils réunis et ce qui est commun entre eux. Ce qui est commun, c’est, premièrement, qu’ils veulent tous les deux détruire l’entité sioniste. [Israel]. C’est l’objectif commun ultime. Ensuite, ils veulent tous deux renverser tous les régimes arabes favorables à la paix ou qui font obstacle à leur jihad. Ils sont tous deux ennemis de l’Amérique », a déclaré Phares.

Un camion militaire iranien transporte des missiles sol-air devant un portrait du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, lors d’un défilé lors de la journée militaire annuelle du pays, le 18 avril 2018, à Téhéran. (Atta Kenaré/AFP via Getty Images)

Le financement par le régime iranien des deux mouvements terroristes est un facteur crucial, selon les experts du Moyen-Orient, pour comprendre le chauvinisme dans la région et la déstabilisation du Levant et du cœur islamique du Moyen-Orient.

Le Qatar accueille le leader politique du Hamas, Ismail Haniyeh, qui a déclaré en 2022 au réseau qatari Al Jazeera – deux ans avant que le Hamas ne lance son invasion du sud d’Israël le 7 octobre – que Téhéran versait au moins 70 millions de dollars au Hamas chaque année.

« L’Iran est à l’avant-garde du soutien à la cause et [the] peuple palestinien », a déclaré Haniyeh en mars.

NETANYAHU DÉCLARE ISRAËL « PRÉPARÉ À UNE ACTION TRÈS INTENSE » CONTRE LE HEZBOLLAH SOUTENU PAR L’IRAN, DANS UN MILIEU DE TENSIONS MONTÉES

Les relations intenses entre le Hamas et le Hezbollah remontent au milieu des années 1990.

Bruce Hoffman, expert en lutte contre le terrorisme a également noté dans un article du 14 juin sur le site Internet du Council of Foreign Relations que « quelque cinq cents combattants du Hamas ont été entraînés en Iran en préparation des attaques du 7 octobre, reflet du soutien de longue date de l’Iran au Hamas ».

Phares a expliqué que le Hamas et le Hezbollah se sont réunis en 1994-1995 lorsque « des centaines de cadres et dirigeants du Hamas ont été exilés par Israël au sud du Liban. Ils ont été hébergés par le Hezbollah, qui les a mis en relation avec le régime de Téhéran. Ils ont été reçus, financés et armés, on leur a dit que les deux djihadismes pouvaient travailler ensemble malgré la division sunnite et chiite.

Yahya Sinwar, au centre, le chef élu du Hamas, apparaît lors d’une cérémonie pour les combattants tués par les frappes aériennes israéliennes au stade de football de Yarmouk le 24 mai 2021, dans la ville de Gaza, Gaza. (Laurent Van der Stockt/Getty Images)

Il a déclaré que le Hamas avait adopté le camp chiite au point « qu’en 2011, il s’est finalement rangé du côté des chiites ». [Syria President Bashar] Le régime d’Assad (pro-Khomeiniste) contre les factions sunnites salafistes djihadistes. Ce fut une crise majeure pour le Hamas, accusé par les sunnites de les trahir. Mais, finalement, quand Assad a regagné du terrain en Syrie et que le régime islamique a déplacé le combat vers Gaza, le Hamas a retrouvé sa « notoriété djihadiste » dans la région. »

« Stratégiquement parlant, le Hezbollah se trouve actuellement dans une situation où il place Israël exactement là où il le souhaite. Et Israël a en effet réalisé de nombreuses réalisations militaires. Mais, sur le plan stratégique, le Hezbollah bénéficie d’une attrition des capacités israéliennes et d’une une situation diplomatique très difficile », a noté Conricus, l’ancien porte-parole de Tsahal.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Le chef du Hezbollah, le cheikh Hassan Nasrallah, s’exprime via une liaison vidéo alors que ses partisans lèvent la main lors du jour saint chiite de l’Achoura, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 9 août 2022. (Photo AP/Hussein Malla)

« Tant que la communauté internationale ne comprendra pas la gravité et n’agira pas de toute urgence pour faciliter un accord diplomatique qui ramènera les civils israéliens chez eux en toute sécurité, la seule autre option qui reste est l’option militaire, qu’Israël, malheureusement, il faudra l’utiliser pour mettre en œuvre la responsabilité de tout gouvernement de protéger la vie de ses civils. J’espère que cela pourra être évité, mais actuellement cela ne semble pas être le cas. »

Les États-Unis ont sanctionné le Hamas et le Hezbollah en tant qu’organisations terroristes étrangères. L’UE a simplement sanctionné la soi-disant « branche militaire » du Hezbollah, une entité terroriste, tandis que la France a bloqué la désignation d’une interdiction totale du terrorisme contre le Hezbollah. L’UE a sanctionné le Hamas en tant qu’organisation terroriste en 2003.


Source link