Le Hamas appelle à une enquête sur les « exécutions » imputées à Israël

24 décembre 2023 05h40 | Mis à jour à 18h36 IST – Bande de Gaza, Territoires palestiniens

Le groupe militant palestinien Hamas a demandé samedi une enquête internationale sur les « exécutions sommaires » qu’il accuse l’armée israélienne d’avoir commises dans la bande de Gaza ravagée par la guerre.

Le Hamas a affirmé dans un communiqué avoir recueilli des témoignages montrant que « l’armée israélienne a procédé à l’exécution sommaire de 137 civils palestiniens » dans le nord de la bande de Gaza, y compris la ville de Gaza, depuis le début de l’offensive terrestre israélienne le 7 octobre.

Le groupe a accusé l’armée israélienne d’avoir « creusé une grande fosse à l’est de la ville de Gaza et d’y avoir placé des dizaines de citoyens détenus avant de les exécuter et de combler la fosse ».

L’AFP n’a pas pu vérifier ces affirmations de manière indépendante. L’armée israélienne n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires de l’AFP sur ces allégations.

L’armée a déclaré plus tôt qu’elle veillait à ce que ses « frappes contre des cibles militaires soient conformes aux dispositions du droit international ».

Plus tôt samedi, le ministère de la Santé du Hamas a déclaré que des dizaines de Palestiniens avaient été tués cette semaine et publiquement « exécutés » lors d’une opération militaire israélienne dans la ville de Jabalia, dans le nord du pays.

Mercredi, le bureau des droits de l’homme des Nations Unies a déclaré avoir reçu des informations « inquiétantes » selon lesquelles les troupes israéliennes « auraient sommairement tué » au moins 11 Palestiniens non armés dans un possible crime de guerre à Gaza.

Les meurtres auraient eu lieu cette semaine dans le quartier de Rimal, dans la ville de Gaza, a-t-il ajouté, appelant Israël à ouvrir une enquête.

Lire aussi | Gaza en flammes : sur l’offensive croissante d’Israël

Un responsable israélien, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a rejeté ces allégations, les qualifiant de « encore un autre exemple de l’approche partisane et préjugée contre Israël » de la part de l’organisme de l’ONU.

Le responsable a ajouté que ces allégations n’étaient « rien d’autre qu’une diffamation de sang ».

Au moins 20 258 personnes – pour la plupart des femmes et des enfants – ont été tuées à Gaza depuis le début de l’offensive de l’armée israélienne, selon le Hamas.

La guerre a été déclenchée en représailles à l’attaque sans précédent menée le 7 octobre par le Hamas, qui a fait environ 1.140 morts dans le sud d’Israël, en majorité des civils, selon les autorités.

Des militants palestiniens ont également enlevé environ 250 personnes, dont 129, selon Israël, se trouvent toujours à Gaza.

Il s’agit d’un article Premium disponible exclusivement pour nos abonnés. Pour lire plus de 250 articles premium de ce type chaque mois

Vous avez épuisé votre limite d’articles gratuits. Veuillez soutenir un journalisme de qualité.

Vous avez épuisé votre limite d’articles gratuits. Veuillez soutenir un journalisme de qualité.

Ceci est votre dernier article gratuit.