BENGALURU (Reuters) – La startup indienne de gym et de bien-être cure.fit a licencié jusqu'à 800 de ses employés à travers le pays et fermé définitivement un certain nombre de centres de fitness pour réduire les coûts dans le cadre du plus grand verrouillage du monde contre les coronavirus, ont déclaré des sources proches de la situation. .

Le logo de cult.fit, une unité de bien-être du gymnase indien et de la startup de bien-être cure.fit, est visible dans l'un de ses centres de remise en forme, lors d'un verrouillage national étendu pour ralentir la propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19), à Bangalore. , Inde, 4 mai 2020. REUTERS / Arathy S Nair

Fondée par deux anciens dirigeants de Flipkart en 2016 et soutenue par l'investisseur d'État singapourien Temasek Holdings, l'activité culte.fit de la société a rapidement attiré une large base de fans grâce à des sessions de remise en forme de groupe de pointe et des mentions de célébrités, ouvrant des centres dans plus de 130 emplacements à travers l'Inde.

"Le verrouillage a affecté toutes nos offres commerciales et nous ne voyons pas la situation s'améliorer depuis un certain temps", a déclaré un porte-parole de cure.fit dans un communiqué.

«Cette situation sans précédent nous a obligés à fermer les opérations dans les petites villes de l'Inde et des Émirats arabes unis.»

Cure.fit, qui s'était étendu à Dubaï en juin dernier, a déclaré avoir réduit sa base d'employés sur tous les marchés et initié des réductions de salaire à tous les niveaux.

La société basée à Bengaluru a fermé tous ses centres de fitness au début de la fermeture, mais a maintenant décidé de ne pas en rouvrir plusieurs dans les petites villes, ont déclaré à Reuters six sources au courant des développements – y compris les entraîneurs de fitness et les directeurs de centre.

Cure.fit a déclaré que 90% de ses formateurs cultes continuaient d'être avec l'entreprise, mais n'a pas révélé le nombre de personnes qu'elle emploie.

Selon une personne qui faisait partie de l'équipe d'acquisition de talents, l'entreprise comptait environ 5000 employés à travers l'Inde, y compris ceux de ses unités cure.fit et eat.fit offrant des services médicaux et des options d'alimentation saine.

Les licenciements proviennent de toute l'entreprise, ont indiqué les sources.

"Je ne peux pas faire face à ma famille, comment vais-je survivre quand on ne sait pas quand cette situation de verrouillage prendra fin ou quand les gens recommenceront à embaucher?", A déclaré Surjit Singh, un boxeur de 27 ans originaire de Kolkata du Bengale occidental qui était employé comme formateur à Bangalore et a rejoint la startup il y a 11 mois.

D'autres employés licenciés ont déclaré que l'entreprise prévoyait de déplacer toutes ses classes en ligne. L'application propose déjà des sessions de formation personnelles virtuelles.

Cure.fit, fondée par Mukesh Bansal et Ankit Nagori, a également lancé un service de livraison d'épicerie dans des villes comme Bengaluru, Delhi et Mumbai le mois dernier alors que l'Inde entrait en lock-out pour freiner la propagation du coronavirus.

Une centaine d'anciens employés ont discuté des mesures qu'ils pourraient prendre dans un groupe WhatsApp examiné par Reuters, craignant d'être au chômage en raison du verrouillage en cours.

Reportage de Chandini Monnappa à Bengaluru; Montage par Kirsten Donovan et Chizu Nomiyama

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.