Les 17 arrestations annoncées jeudi étaient les premières par un nouveau bureau dédié à la poursuite des crimes électoraux. Les suspects seraient d’anciens criminels qui avaient voté illégalement.