Le gouvernement sénégalais dit qu’un diplomate « sauvagement battu » par la police de Gatineau

Le gouvernement du Sénégal accuse la police canadienne d’avoir « sauvagement » battu l’un de ses diplomates.

Le ministère sénégalais des Affaires étrangères a déclaré que la diplomate, qui travaille à l’ambassade de ce pays d’Afrique de l’Ouest à Ottawa, a été maîtrisée et agressée à son domicile de Gatineau, au Québec, le 2 août.

Elle a été ” menottée et sauvagement battue, au point qu’elle avait des difficultés à respirer, ce qui l’a amenée à être transportée à l’hôpital en ambulance “, a indiqué le ministère dans un communiqué daté de jeudi mais rendu public seulement vendredi.

Le ministère n’a pas immédiatement donné plus de détails sur son état.

Le Service de police de Gatineau a déclaré dans un communiqué de presse, publié vendredi soir en réponse aux allégations du gouvernement sénégalais, que des agents avaient été appelés pour assister un huissier qui tentait d’exécuter une ordonnance du tribunal mardi après-midi.

La police a déclaré que le sujet de l’ordonnance du tribunal, identifié uniquement comme une femme ayant un statut diplomatique, était “agressif et a refusé de coopérer”.

Ils ont allégué que lorsque les agents ont tenté d’expliquer le processus, la femme a frappé une policière au visage.

Les policiers ont alors décidé d’arrêter la femme “pour la sécurité de toutes les personnes présentes”, selon le communiqué. La police a allégué que la femme avait résisté à son arrestation, avait mordu un autre officier et avait ensuite été plaquée au sol, où elle avait été retenue.

L’huissier a ensuite exécuté l’ordonnance du tribunal alors que la femme était “détenue à l’arrière d’un véhicule de patrouille, sous la surveillance d’un policier”, indique le communiqué de la police. “A aucun moment, la personne n’a mentionné avoir été blessée ou avoir mal lorsqu’elle a été interrogée.”

La police a déclaré avoir été rappelée au même endroit, environ une heure et demie après leur arrivée, par des ambulanciers paramédicaux qui soignaient la femme, mais n’ont pas donné plus de détails, disant seulement qu’une dizaine de personnes étaient présentes.

Le gouvernement sénégalais a déclaré que le chargé d’affaires à l’ambassade du Canada à Dakar, la capitale sénégalaise, a été convoqué au ministère des Affaires étrangères afin que les responsables puissent “dénoncer vigoureusement et condamner fermement cet acte raciste et barbare”.

Une note de protestation a été envoyée au gouvernement canadien, a-t-il précisé.

« Le gouvernement du Sénégal a exigé qu’une enquête soit ouverte sans délai et que des poursuites soient engagées contre les auteurs de cette agression inacceptable, qui constitue une atteinte grave à l’intégrité physique et à la dignité humaine, ainsi qu’une violation flagrante de la loi de 1961. Convention de Vienne sur les relations diplomatiques », a déclaré le ministère.

La police de Gatineau a déclaré avoir avisé les autorités provinciales et fédérales de l’incident et avoir demandé au service des poursuites de la province de porter des accusations d’agression contre un policier et d’entrave à un policier. Au Québec, la décision de porter ou non des accusations est prise par le service des poursuites.

Le service de police a déclaré qu’il ne commenterait pas davantage, en raison de la possibilité de poursuites judiciaires, mais qu’il coopérerait à toute enquête.

Affaires mondiales Canada n’a pas répondu à une demande de commentaires samedi matin.

– Johanna Pellus, La Presse canadienne