Le gouvernement français va bloquer le projet de limitation de vitesse post-Jeux olympiques à Paris, selon le ministre

Le gouvernement français va bloquer un projet phare de la mairie de Paris visant à fixer une limite de vitesse à 50 kilomètres par heure (30 mph) sur le périphérique encombré de la capitale après les Jeux olympiques de 2024, a annoncé jeudi le ministre des Transports.

Cette question est le dernier exemple en date des tensions entre le gouvernement centriste du président Emmanuel Macron et la mairie dirigée par la maire socialiste Anne Hidalgo, un peu plus de six mois avant le début des Jeux.

Le bureau du maire a déclaré en novembre que les restrictions visant à réduire la pollution et le bruit du boulevard périphérique – l’une des routes les plus fréquentées d’Europe – entreraient en vigueur quelques semaines après la fin des Jeux olympiques.

« Je pense que ce n’est pas une bonne idée à court terme d’avoir cette limitation de vitesse » et « fin 2024, nous ne prendrons pas la décision, nous ne validerons pas la décision », a déclaré le ministre des Transports Clément Beaune à la radio Franceinfo.

Le Périphérique de 35 kilomètres – largement connu sous le nom de « Périph » – est utilisé chaque jour par environ 1,2 million de conducteurs, la plupart originaires de la région Ile-de-France qui comprend Paris.

Publicité – Faites défiler pour continuer


La limite de vitesse actuelle est de 70 kilomètres par heure, et 80 pour cent des véhicules sur la route n’ont que leur conducteur et aucun passager.

Selon le plan de la mairie, une voie du périphérique dans chaque direction serait réservée aux véhicules transportant deux passagers ou plus.

Même si le périphérique « est géré par la ville de Paris », une modification de la limitation de vitesse « exige évidemment l’accord de l’Etat », a indiqué Beaune, se disant toutefois « ouvert » à l’idée d’une voie réservée aux voitures. partage.

Publicité – Faites défiler pour continuer


« Je pense que la voie réservée est une bonne chose », a-t-il déclaré, mais si en même temps la limitation de vitesse augmentait à 50 km/h, « je pense que vous allez rendre les gens fous ».

L’adjoint au maire chargé des transports, David Belliard (Verts), a réagi avec fureur aux propos de Beaune, affirmant qu' »une fois de plus, le gouvernement choisit de faire une petite polémique et cède à la pression des lobbies pro-automobile ».

Les transports parisiens s’avèrent une question controversée à l’approche des Jeux.

Publicité – Faites défiler pour continuer


La mairie a exhorté cette semaine la région Ile-de-France, qui comprend Paris et est dirigée par les Républicains de droite, à abandonner un projet visant à presque doubler les tarifs du métro pendant les Jeux olympiques.

ys-pyv-sjw/jh/js