Le gouvernement argentin intervient pour atténuer la crise des vignettes de la Coupe du monde
Autocollant coupe du monde Argentine

Le gouvernement argentin intervient pour aider à apaiser les inquiétudes du public concernant une pénurie d’autocollants de la Coupe du monde dans tout le pays. Avec le tournoi de football dans seulement deux mois, la rareté des autocollants ne pouvait pas arriver à un pire moment.

La collection d’autocollants de la Coupe du monde est une tradition de longue date. Panini, le fabricant de ces autocollants, a été lancé au début des années 1960. Au cours de la première année, la société a vendu des millions de packs d’autocollants au cours de la première année. La société italienne a d’abord commencé à produire des autocollants de la Coupe du monde pour le tournoi de 1970 au Mexique.

Plus récemment, Panini fabriquait environ huit à 10 millions de paquets d’autocollants par jour avant la Coupe du monde 2018. Désormais, la société affirme que la demande pour ces articles a augmenté de 40% par rapport au tournoi précédent.

Pénurie d’autocollants de la Coupe du monde en Argentine

La publication argentine La Nacion rapporte que Panini ne peut pas gérer la demande massive. Cette pression incroyable sur la société italienne dépasse de loin ses capacités de production. Malgré cela, les syndicats de kiosques, les personnes qui vendent ces autocollants en Argentine, demandent à Panini de fournir suffisamment de produit.

Le rapport suggère également que la réalisation d’un album complet d’autocollants coûterait environ 923 $. Ces kiosques vendent généralement des packs d’autocollants moins chers que les détaillants en ligne. Sur les stands, les packs coûtent généralement environ 1 $ chacun, tandis que les entreprises sur les sites Web vendent des packs de 10 plus gros à un prix plus élevé.

Le gouvernement argentin intervient en quelque sorte comme médiateur entre le fabricant et les magasins. Leur département commercial a annoncé le déménagement sur leur compte Twitter officiel. “Nous avons ouvert un dialogue et engagé nos équipes juridiques et techniques à collaborer afin que nous puissions trouver des solutions”, lit-on dans le communiqué.

Pour l’instant, les collectionneurs sont déçus. “C’est frustrant de ne pas en trouver”, a déclaré Exequiel Claverie, père de trois enfants. « J’arrive tous les jours à la maison pour (mes enfants) en disant : ‘Hé papa, tu as acheté des autocollants ?’ Il n’y en a pas!”

PHOTO : IMAGO / Belga