Dernières Nouvelles | News 24

Le gendre de Donald Trump va réaménager les bâtiments bombardés par l’OTAN — RT World News

Un groupe d’investissement dirigé par Jared Kushner a conclu un accord pour construire un hôtel de 500 millions de dollars en Serbie

Jared Kushner, le gendre de l’ancien président américain Donald Trump, et un autre ancien collaborateur de la Maison Blanche ont décroché un contrat avec le gouvernement serbe pour développer un hôtel de luxe sur le site d’un complexe militaire bombardé par l’OTAN en 1999.

Belgrade a signé mercredi un contrat de location de 99 ans avec Affinity Global Development, une société d’investissement affiliée à Kushner qui compte des bailleurs de fonds tels que le fonds souverain d’Arabie Saoudite. Travaillant en partenariat avec Richard Grenell, qui a été directeur par intérim du renseignement national dans l’administration Trump, Kushner envisage de transformer l’ancien quartier général de l’armée yougoslave, lourdement endommagé, en un hôtel de 500 millions de dollars.

Grenell, alors ambassadeur en Allemagne, travaillait comme envoyé spécial dans les Balkans en 2019, lorsqu’il a suggéré pour la première fois aux investisseurs américains de réaménager le complexe militaire bombardé. Kushner, qui a également prévu des projets d’hôtels de luxe en Albanie voisine, a déclaré que le réaménagement « faire de Belgrade la première destination internationale qu’elle est en train de devenir. »

Le projet serbe comprendra également des appartements et des espaces commerciaux, ainsi qu’un mémorial à la mémoire des personnes tuées lors de la campagne de bombardement de l’OTAN. L’accord prévoit le réaménagement d’une zone de trois blocs et le partage des bénéfices avec le gouvernement serbe. Le gouvernement conservera la propriété du site et annulerait le bail si le développement n’est pas terminé à temps.





Des politiciens des partis d’opposition ont mené une manifestation contre cette entreprise jeudi, en affichant des pancartes indiquant : « Arrêtez d’offrir des quartiers généraux de l’armée en cadeau aux sociétés offshore américaines. » Le député Dragan Jonic, qui a assisté à la manifestation, a déclaré aux journalistes : « Quelqu’un essaie de réparer le désordre qu’il a causé, et ce n’est pas lui qui devrait faire quoi que ce soit dans cet endroit. »

Un responsable serbe a défendu l’accord Kushner-Grenell mercredi, déclarant dans un communiqué : « Le gouvernement serbe a choisi comme partenaire une entreprise américaine réputée dans cette entreprise, qui investira dans la revitalisation de l’ancien complexe du Secrétariat fédéral à la défense nationale. »

Les fonds d’investissement de Kushner sont financés principalement par des bailleurs de fonds étrangers, notamment des investisseurs en Israël, en Allemagne et aux Émirats arabes unis. Les critiques ont suggéré que des projets tels que l’hôtel serbe créent des conflits d’intérêts potentiels, car si Trump reconquiert la présidence, ses décisions de politique étrangère pourraient faire progresser les intérêts financiers des membres de sa famille.

Les démocrates du Congrès ont demandé une enquête sur les projets de Kushner à l’étranger en mars, après que le New York Times ait fait état de ses projets de développement dans les Balkans. « Jared Kushner poursuit de nouveaux accords commerciaux avec l’étranger au moment même où Donald Trump devient le candidat républicain présumé à la présidence. » Les représentants Jamie Raskin (Démocrate du Maryland) et Robert Garcia (Démocrate de Californie) ont déclaré dans un communiqué de mars.

Kushner a fait valoir qu’en tant que citoyen privé, il est libre de poursuivre des opportunités commerciales à l’étranger, y compris celles impliquant des gouvernements étrangers.

En 1999, l’OTAN est intervenue dans le conflit entre le gouvernement serbe et les séparatistes albanais au Kosovo. Les avions occidentaux ont bombardé des cibles en Serbie et au Monténégro pendant 78 jours, obligeant Belgrade à retirer la police et l’armée du Kosovo. Des soldats de maintien de la paix dirigés par l’OTAN ont ensuite été déployés dans la province.

Les autorités albanaises, soutenues par l’Occident, ont déclaré l’indépendance du Kosovo en 2008. La Serbie et un certain nombre de pays, dont la Russie et la Chine, considèrent toujours le Kosovo comme un territoire serbe.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Lien source