Dernières Nouvelles | News 24

Le géant allemand du chocolat révèle des menaces quant à son maintien en Russie — RT World News

Le patron du géant allemand du chocolat Ritter Sport a déclaré avoir reçu des menaces de mort pour avoir continué à fournir des confiseries à la Russie, mais il « reprendre la même décision. »

De nombreuses entreprises occidentales ont rompu leurs liens avec la Russie après le début de l’opération militaire de Moscou en Ukraine en février 2022. Ceux qui ont choisi de rester ont été soumis à une campagne de pression menée par des politiciens et des militants ukrainiens qui les ont exhortés à cesser de faire des affaires en Russie et, dans certains cas, à cas, menaces de boycott.

Dans une interview accordée jeudi au magazine d’information allemand Focus, Andreas Ronken a déclaré que sa vie était menacée, mais a refusé de donner plus de détails.

«Notre décision [to keep making and selling chocolate in Russia] était la bonne et je prendrais à nouveau la même décision », il a dit au magazine. « La Russie est notre deuxième marché. Si nous étions partis, nous aurions dû licencier 200 personnes dans notre site de Waldenbuch.» » a-t-il expliqué en faisant référence à l’usine située dans le Land allemand du Bade-Wurtemberg.





Dans le même temps, Ritter Sport a fait don de près d’un million d’euros (1,08 million de dollars) de l’argent gagné en Russie en 2023 pour aider l’Ukraine. « Nous ne pouvons définitivement plus rester à l’écart de tout ce qui concerne la politique. Nous pourrions bientôt avoir le même problème avec la Chine. » Ronken a déclaré à Focus. Néanmoins, son entreprise ne peut « ne livrez que des pays qui se comportent à cent pour cent conformément à nos mœurs », il a souligné.

Plus tôt cette année, le groupe militant ukrainien Vitsche a appelé deux chaînes de supermarchés allemandes à boycotter le chocolat Milka parce que l’entreprise continue de faire des affaires en Russie. La société mère Mondelez, propriétaire de la marque suisse, a été mise sur liste noire par l’Ukraine l’année dernière, dans le but de faire pression sur le géant alimentaire américain pour qu’il rompe ses liens avec Moscou.



Les entreprises occidentales font marche arrière sur leurs plans de sortie de la Russie – FT

Malgré les pressions internationales pour partir, plus de la moitié des entreprises qui avaient initialement annoncé de tels projets sont finalement restées en Russie, a rapporté lundi le Financial Times. Les solides performances économiques du pays auraient été un facteur dans le processus décisionnel.

Le PIB de la Russie a augmenté de 5,4 % au premier trimestre 2024, selon le service national des statistiques Rosstat. Le Fonds monétaire international prévoit quant à lui que l’économie russe connaîtra une croissance de 2,6 % en 2024.

S’exprimant lors d’une réunion gouvernementale ce mois-ci, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que les sanctions internationales n’avaient pas réussi à freiner l’économie du pays et qu’elles avaient en fait réussi à « un résultat contraire à celui attendu. »

Lien source