Le fils de Kadhafi bloqué des élections en Libye

Kadhafi avait annoncé sa candidature le 14 novembre et ressemblait à l’un des favoris du concours, prévu pour le 24 décembre. Mercredi, cependant, la commission électorale l’a déclaré inéligible. Il s’agit d’une décision préliminaire et peut faire l’objet d’un appel devant les tribunaux.

Un procureur militaire de Tripoli avait exhorté la commission à disqualifier Kadhafi en raison de sa condamnation par contumace en 2015 pour crimes de guerre liés à l’insurrection de 2011 qui a renversé son père. Mouammar Kadhafi avait dirigé la Libye pendant plus de 40 ans avant d’être évincé et tué par les rebelles soutenus par l’OTAN.






LIRE LA SUITE: L’héritier de Kadhafi brigue la présidence libyenne malgré un mandat d’arrêt

Saif al-Islam était le candidat choisi du Front populaire de libération de la Libye, un groupe de fidèles de son père officiellement créé en 2016. Il a également un mandat d’arrêt en instance au nom de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.

Kadhafi a réagi à la décision en soulignant que le général Khalifa Haftar a deux condamnations pénales – une cour martiale en 1987 pour sa reddition au Tchad et une condamnation civile en 1993 pour complot visant à renverser le gouvernement – ​​mais il n’a pas été disqualifié de se présenter.

Haftar, qui commande les forces armées du gouvernement basé à Tobrouk qui contrôle l’est de la Libye, a également été accusé par les détracteurs de détenir une citoyenneté américaine et donc d’être inéligible. Pendant ce temps, le Premier ministre par intérim du gouvernement d’union nationale basé à Tripoli, Abdul Hamid Dbeibeh, avait promis de ne pas se présenter à la présidence avant de prendre ses fonctions, et a refusé de démissionner trois mois avant les élections, comme l’exigent les élections controversées. règles.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a publié mercredi une déclaration soulignant l’importance des élections pour la paix et la réconciliation en Libye et a exhorté toutes les parties à respecter les droits de leurs opposants politiques. « avant, pendant et après » le vote.

L’envoyé spécial de l’ONU pour la Libye, basé à Genève, le diplomate slovaque Ján Kubiš, a brusquement démissionné mardi pour des raisons non encore révélées, mais restera en poste jusqu’à ce que le secrétaire général António Guterres nomme un remplaçant.

Vous aimez cette histoire ? Partagez le avec un ami!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *