Le fauteuil au fond de l’océan ravit les explorateurs sous-marins

Il existe de nombreux endroits où vous pourriez vous attendre à voir un fauteuil : six mètres sous l’eau dans la baie St. Margarets en Nouvelle-Écosse n’en fait pas partie.

Et pourtant, elle était là : une chaise de pierre miniature posée avec désinvolture comme un trône aquatique sur le fond sablonneux de l’océan.

Je n’étais pas seul dans ma confusion : un poisson qui passait, un corbeau de la mer rouge, s’arrêta également pour inspecter l’étrange spectacle. J’ai pris une photo et je l’ai partagée avec des amis. Tout le monde dans la communauté de la plongée voulait savoir où se trouvait la chaise et qui l’avait mise là.

J’ai été l’un des premiers plongeurs à trouver la chaise, qui s’est avérée être l’œuvre de l’artiste Barbara Anne MacKintosh.

Elle a créé la sculpture dans le cadre de ses cours à l’Université NSCAD à Halifax. Il a été sculpté dans un seul bloc de calcaire, un projet qui a nécessité environ 150 heures de travail. Elle l’a modelé sur une chaise de poupée qu’elle a trouvée à Value Village. Il pèse environ 36 kilogrammes et mesure environ un mètre de haut.

“J’aime l’idée de créer quelque chose qui a un objectif aussi précis mais qui n’a pas pu remplir cet objectif en raison de sa taille”, a-t-elle déclaré. “Donc juste un petit article redondant, mais je pensais que c’était assez comique.”

L’artiste Barbara Anne MacKintosh a passé environ 150 heures à sculpter la sculpture du fauteuil en calcaire dans le cadre de ses cours à l’Université NSCAD. La pièce finie pèse environ 36 kilogrammes et mesure un mètre de haut. (Nicolas Winker)

MacKintosh n’a pas créé la chaise avec l’intention de la couler. Cette idée est venue après avoir obtenu son diplôme en 2019. MacKintosh retournait en Alberta et prendre la chaire ne semblait pas pratique.

“A cause du poids, je savais que ça allait coûter très cher”, a-t-elle déclaré. “Il pesait plus de 80 livres, c’est sûr. Je pouvais à peine le porter.”

C’est alors que MacKintosh a pensé à ses amis du Halifax Freediving Club. Elle était l’une des premières apnéistes de la Nouvelle-Écosse.

C’est un sport qui consiste à plonger sur une seule respiration. Les plongeurs expérimentés peuvent rester sous l’eau pendant plusieurs minutes.

Les apnéistes ont été ravis de la suggestion de MacKintosh de couler la chaise comme une sculpture sous-marine.

La communauté de l’apnée se mobilise

Le fauteuil au fond de l'océan ravit les explorateurs sous-marins
Tara Lapointe est membre du Halifax Freediving Club. Elle pense que la chaise encouragera les gens à explorer le monde sous-marin. (Nicolas Winker)

Tara Lapointe, membre du club, se souvient de la première photo qu’elle a vue de la chaise, qui est arrivée sans aucun sens de l’échelle.

“J’imaginais cette immense chaise longue grandeur nature. Et puis j’ai juste pensé, comment allons-nous réussir à l’envoyer dans l’océan ? Et puis j’ai découvert à quel point c’était minuscule et j’ai trouvé ça juste hilarant.”

Bien que la chaise soit petite – environ un mètre de haut – elle est lourde. Il a fallu quatre apnéistes et un flotteur rempli d’air pour déplacer la sculpture vers sa nouvelle maison juste à côté de Paddy’s Head en mars.

“Nous voulions que ce soit dans une zone où les plongeurs fréquenteraient”, a déclaré Lapointe. “Et quand nous avons senti que nous avions la bonne zone et que nos mains étaient suffisamment engourdies, nous avons décidé de l’implanter.”

La chaise se trouve non loin d’une collection de boules de récif en béton installées il y a près de 20 ans dans l’espoir d’inciter les homards à élire domicile. Il n’a pas été un grand succès en tant qu’habitat du homard, mais c’est une destination sous-marine populaire pour les plongeurs.

Les boules de récif sont couvertes d’algues alors que l’océan prend lentement le dessus. La chaise n’est dans l’eau que depuis quelques mois, mais des organismes commencent déjà à s’y développer.

Art vivant

Le fauteuil au fond de l'océan ravit les explorateurs sous-marins
Une équipe d’apnéistes a coulé la sculpture au fond de l’océan. (Soumis par David Pate)

MacKintosh n’a pas encore vu sa chaise sous l’eau, mais elle est ravie qu’elle soit déjà revendiquée par la nature.

“Un fauteuil vous fait penser à la maison. J’ai l’impression qu’il exprime que l’océan est aussi notre maison. Nous avons un tel effet sur l’océan. Et nous avons tellement la responsabilité de maintenir sa santé. Et j’espère juste que les gens le voient. “

Lapointe est d’accord. Elle pense que la chaise encouragera les gens à explorer le monde sous-marin. “Ce sera une œuvre d’art vivante. À partir de quelque chose d’inerte et de pierre juste, elle prendra vie, espérons-le, au fil des années.”

MacKintosh et Lapointe espèrent que la petite chaise inspirera la création de quelque chose de beaucoup plus grand : un parc de sculptures sous-marines inspiré de parcs similaires à travers le monde qui se sont avérés être des destinations populaires pour les plongeurs voyageurs. « Ce serait un atout formidable pour la Nouvelle-Écosse », a déclaré Lapointe. “Nous sommes le terrain de jeu océanique du Canada.”

Par-dessus tout, MacKintosh veut que son travail inspire la joie – et la maintienne en contact avec un endroit qu’elle aime.

“Halifax me manque vraiment, vraiment. Donc, avec la sculpture, j’ai l’impression qu’un petit morceau de moi est toujours à Halifax. Alors ça me rend vraiment heureux.”