NAIROBI, Kenya (AP) – Le chef de la région assiégée du Tigré en Éthiopie a été invité à des pourparlers de paix en Afrique du Sud ce week-end dans le cadre d’un effort panafricain visant à mettre fin à l’une des guerres les plus négligées au monde, selon une lettre vue par The Presse associée.

Si Debretsion Gebremichael assiste aux pourparlers proposés entre les parties tigréenne et éthiopienne, ce sera l’effort au plus haut niveau pour mettre fin à la guerre de deux ans qui a tué des milliers de personnes du conflit et de la famine.

La lettre du président de la Commission de l’Union africaine indique que les pourparlers convoqués par l’UA “viseraient à jeter les bases d’une médiation structurée et soutenue” entre les deux parties en vue d’une “résolution durable du conflit”.

Le porte-parole des forces du Tigré, Getachew Reda, n’était pas joignable dans l’immédiat mercredi. La porte-parole du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed n’a pas immédiatement répondu aux questions.

La lettre indique que les pourparlers seraient facilités par l’envoyé spécial de l’UA et ancien président nigérian Olesegun Obasanjo avec le soutien de l’ancien président kényan Uhuru Kenyatta et de l’ancien vice-président sud-africain Phumzile Mlambo-Ngcuka.

Cara Anna, l’Associated Press