Le Credit Suisse décharge toujours les parts de Discovery d’Archegos

Le Credit Suisse est toujours en train de démêler ses positions suite à l’explosion d’Archegos Capital Management, ont déclaré des traders à David Faber de CNBC, mettant plus de pression sur un titre médiatique battu.

La banque d’investissement achetait mardi des blocs de différentes classes d’actions Discovery, a rapporté Faber. Discovery a été l’une des actions qui a fortement chuté fin mars lorsque le family office géré par le vétéran des fonds spéculatifs Bill Hwang n’a pas réussi à répondre à son appel de marge. Les actions de classe A de Discovery ont baissé de plus de 4% en trading prolongé.

Discovery, avec son autre ancien lecteur multimédia ViacomCBS, a vu son action augmenter rapidement au cours des premiers mois de l’année, apparemment en hausse par le très puissant Archegos. Les actions de classe A de Discovery sont passées de 30 $ par action à la fin de décembre à 77 $ par action à la mi-mars avant de se dégonfler. Ils ont fermé à 40,38 $ mardi.

Le Credit Suisse a été l’une des banques les plus durement touchées par le trading risqué d’Archegos. La banque a signalé une charge de 4,7 milliards de dollars de pertes sur les transactions et a annoncé que deux de ses dirigeants C-suite démissionnaient.

Le Credit Suisse et d’autres banques de Wall Street vendront des positions de swap à des fonds spéculatifs et des family offices, permettant aux clients de s’exposer à une action même si la banque détient techniquement les actions. Lorsque le stock diminue et que le fonds ne remplit pas ses obligations, la banque peut être bloquée avec les pertes sur les actions.

Vous avez apprécié cet article?
Pour des sélections d’actions exclusives, des idées d’investissement et une diffusion en direct mondiale de CNBC
S’inscrire pour CNBC Pro
Commencez votre essai gratuit maintenant

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments