Le constructeur automobile Stellantis impose le vaccin Covid aux travailleurs salariés américains

Le panneau est visible à l’extérieur du siège et du centre de technologie de FCA US LLC lorsqu’il est remplacé par Stellantis le 19 janvier 2021 à Auburn Hills, Michigan. – Le constructeur automobile européen nouvellement créé Stellantis s’est introduit le 18 janvier 2021 sur les bourses de Paris et de Milan. Stellantis, née de la fusion du français PSA et de son rival américano-italien Fiat Chrysler, est le quatrième constructeur automobile mondial en volume. (Photo de JEFF KOWALSKY / AFP) (Photo de JEFF KOWALSKY / AFP via Getty Images)

JEFF KOWALSKY | AFP | Getty Images

DETROIT – Le constructeur automobile Stellantis, anciennement Fiat Chrysler, exigera que les employés salariés américains non syndiqués soient vaccinés d’ici le 5 janvier ou risquent d’être licenciés.

Le constructeur de véhicules Jeep et Ram a déclaré vendredi à ses plus de 14 000 employés qu’ils devaient soumettre une preuve de leur statut de vaccination Covid-19 avant le 4 décembre et recevoir leur dose finale avant le 5 janvier.

Stellantis envisagera des exemptions religieuses et médicales pour les employés qui ne peuvent pas se faire vacciner. Ceux qui ne reçoivent pas d’exemption et ne sont pas complètement vaccinés à la date limite seront mis en congé sans solde de 30 jours et pourraient être licenciés après cela, a confirmé une porte-parole de l’entreprise.

Le constructeur automobile, dans un communiqué envoyé par e-mail, a déclaré que le mandat était de « garantir l’environnement de travail le plus sûr possible alors que l’entreprise se prépare à une réouverture progressive de ses bureaux américains en 2022 ».

Près de 80 % de la main-d’œuvre salariée américaine de Stellantis a déjà déclaré être entièrement vaccinée, selon la société.

Le mandat de Stellantis a été délivré même si l’administration Biden a suspendu jeudi l’application de ses exigences en matière de vaccination et de test pour les entreprises privées après qu’une cour d’appel fédérale a suspendu les règles en attendant leur révision.

« Cette action garantira également l’alignement avec l’ETS fédéral s’il est mis en œuvre », a déclaré la société dans le communiqué.

Les constructeurs automobiles ont hésité à imposer les vaccinations contre Covid. Plus tôt ce mois-ci, Ford Motor est devenu le premier grand constructeur automobile américain à imposer un mandat de vaccination.

General Motors exigeait auparavant que les employés salariés soumettent leur statut vaccinal, mais ils n’ont pas mis en œuvre de mandat. Une porte-parole de GM a déclaré vendredi que la société n’avait aucune mise à jour sur un mandat pour le moment.

Ni les mandats de Ford ni de Stellantis n’impliquent leur plus grande base de travailleurs, qui sont des travailleurs d’usine américains représentés par le syndicat United Auto Workers.

L’UAW a encouragé ses membres à se faire vacciner, mais il n’a pas soutenu l’idée de rendre les vaccins obligatoires pour les travailleurs. Au lieu de cela, il compte sur ses plus de 400 000 membres pour choisir personnellement de se faire vacciner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *