Le conseil municipal de Vancouver votera sur une motion allouant des fonds pour plus de policiers et d’infirmières

Le conseil municipal de Vancouver devrait voter sur une motion aujourd’hui lançant une promesse phare du nouveau maire de la ville d’embaucher plus de policiers et d’infirmières en santé mentale, mais l’idée est repoussée.

Le maire Ken Sim a fait campagne en promettant d’embaucher 100 agents supplémentaires et 100 infirmières en santé mentale pour des programmes qui associent la police à des infirmières pour répondre aux appels de santé mentale non urgents.

La motion devant le conseil affecterait 4,5 millions de dollars à la police et 1,5 million de dollars à l’autorité sanitaire du budget de fonctionnement de la ville pour commencer à embaucher en janvier.

L’idée, qui devrait coûter au total 20 millions de dollars par an, a déjà fait l’objet de critiques importantes de la part de plus de deux douzaines de personnes s’exprimant contre la motion lors d’une réunion précédente.

Le bureau du maire a qualifié cette promesse d’élément essentiel pour renforcer la réponse de première ligne de Vancouver à la crise de la santé mentale et des dépendances dans la ville.

Stacy Ashton, présidente du BC Crisis Line Network, affirme que le fait d’impliquer des agents lorsqu’une personne est en crise de santé mentale peut être “extrêmement anxiogène” si quelqu’un ne fait pas confiance à la police.

« Leur rôle est vraiment la sécurité publique. Leur rôle est en quelque sorte de contrôler la situation et d’amener les gens à se conformer à leurs instructions », a-t-elle déclaré.

“Et quand quelqu’un est en crise, il est hors de contrôle et la pire chose que vous puissiez faire à ce moment-là est de lui enlever encore plus de contrôle.”

infirmièrePoliceVancouver