Dernières Nouvelles | News 24

Le conflit entre la Géorgie et l’Occident laisse les gens ordinaires au bord du gouffre – POLITICO

« Nous apprenons nos pratiques et nos normes de l’UE », a-t-il déclaré. « Si ce lien se rompt, nous cesserons d’apprendre. Ce n’est pas comme si nous avions quelque chose à apprendre de la Russie. »

Pivoter vers Moscou

Des centaines de milliers de Géorgiens sont descendus dans les rues de la capitale, Tbilissi, et d’autres grandes villes au cours des semaines précédentes pour manifester contre le projet de loi sur les « agents étrangers ».

Mais les changements intervenus dans la société civile ne sont qu’une partie de ce que de nombreux manifestants, politiciens de l’opposition et responsables occidentaux craignent comme un détournement de la voie européenne de la Géorgie vers Moscou. Depuis que le Kremlin a envahi l’Ukraine en février 2022, Tbilissi a refusé d’imposer des sanctions à la Russie voisine et a même renforcé ses relations commerciales.

Avec les élections nationales prévues pour octobre, la rhétorique du Rêve géorgien commence à ressembler à celle du Kremlin, dont les dirigeants diffusent des théories du complot sur un « Parti de la guerre mondiale » qui veut entraîner la Géorgie, ainsi que l’Ukraine, dans un conflit avec la Russie. La faction au pouvoir a présenté un projet de loi de « propagande LGBT » se présentant comme le seul défenseur des valeurs géorgiennes contre un Occident dégénéré et a accusé les États-Unis de soutenir les ONG qui veulent organiser une révolution.

Depuis son kiosque au coin d’une rue d’Ambrolauri, Lia, 64 ans, explique que parmi tous les livres, chaussures et bibelots proposés, son best-seller est le journal d’extrême droite Asaval Dasavali, un tabloïd que ses critiques accusent de propager des théories du complot anti-occidentales. .

« Je soutiens le gouvernement et sa loi », a-t-elle déclaré. « Pour moi, des choses comme l’homosexualité sont inacceptables. Nous devons nous débarrasser de toute cette influence néfaste venue de l’étranger, qu’elle vienne de Russie ou d’Europe. Nous sommes des Géorgiens, rien d’autre.»




Source link