Actualité politique | News 24

Le commissaire à l’éthique témoigne au sujet des vacances de Trudeau

Le commissaire à l’éthique par intérim du Canada, Konrad von Finckenstein, a confirmé que le premier ministre Justin Trudeau avait consulté son bureau avant ses dernières vacances en Jamaïque et qu’il était dans les règles pour accepter les aménagements offerts par un ami.

“Il nous a consultés et nous l’avons conseillé”, a déclaré von Finckenstein aux députés lors de son témoignage devant le comité d’éthique de la Chambre des communes au sujet des règles concernant les cadeaux et les voyages mardi.

Il a indiqué qu’en ce qui concerne le bureau d’éthique, l’affaire est close.

“S’il ne s’agissait pas d’un cadeau acceptable, il aurait fallu le signaler sur notre site Internet… rien n’a été signalé.”

Comme le précise la Loi sur les conflits d’intérêts, les titulaires de charge ont 30 jours pour divulguer les cadeaux d’une valeur de 200 $ ou plus dans un registre public, à moins que le cadeau ne nécessite pas de déclaration, comme ceux reçus d’un membre de la famille ou d’un ami.

Alors que le responsable par intérim de l’éthique a été invité par les députés à parler de manière générale des règles relatives aux « cadeaux, vacances et voyages », en vertu de la Loi sur les conflits d’intérêts, les députés du comité ont convenu lors d’une audience spéciale le 17 janvier que toutes les questions liées à Le voyage de vacances de Trudeau serait autorisé.

Les conservateurs ont insisté pour que cette audience soit tenue parce qu’ils voulaient entendre directement von Finckenstein savoir s’il savait ou non que Trudeau séjournerait gratuitement dans une villa appartenant à un ami de longue date de la famille.

“Trente jours se sont écoulés depuis que le Premier ministre a révélé qu’il s’était rendu en Jamaïque… vous pouvez tirer votre propre conclusion quant aux conseils que j’ai donnés”, a déclaré von Finckenstein.

Le bureau de Trudeau n’a pas confirmé le lieu des vacances du premier ministre, mais le National Post a rapporté que la famille avait séjourné dans une villa privée qui se loue plusieurs milliers de dollars par nuit et qui fait partie d’un complexe appartenant à la famille de l’homme d’affaires Peter Green. qui a des liens de plusieurs décennies avec la famille Trudeau.

En estimant que le voyage serait évalué à plus de 80 000 $, le député conservateur et porte-parole en matière d’éthique Michael Barrett a suggéré que l’offre d’hébergement était un cadeau substantiel et potentiellement influent.

Mardi, von Finckenstein a souligné l’exemption prévue par les règles actuelles en matière d’acceptation de cadeaux ou d’avantages de la part de la famille et des amis.

“Le Premier ministre a déclaré que M. Green est un ami de la famille, un ami depuis plus de 50 ans. Il séjourne dans la propriété de M. Green depuis qu’il est enfant”, a déclaré von Finckenstein. “Le Premier ministre a reçu des cadeaux… plus d’une fois de la part de cet ami. Il a parlé publiquement de cette amitié et a demandé conseil à mon bureau, tant pendant mon mandat que pendant celui de mon prédécesseur.”

Les députés libéraux ont accepté de convoquer le commissaire à l’éthique, mais ont indiqué que leur intention était de le voir parler publiquement des règles d’éthique des députés afin de clarifier aux Canadiens ce qui est autorisé et pourquoi. Au cours de l’audience, ils ont largement concentré leurs questions sur d’autres voyages et cadeaux potentiellement problématiques ou luxueux que les conservateurs auraient acceptés au fil des ans.

Les néo-démocrates ont soutenu la volonté de concentrer l’audience plus largement que sur le dernier voyage familial de 10 jours de Trudeau, notant qu’étant donné les récents exemples de voyages des libéraux et des conservateurs, les députés devraient se demander si les règles doivent être ajustées concernant les riches. capables d’influencer leurs amis politiques.

Trudeau et sa famille immédiate sont partis pour l’île des Caraïbes le lendemain de Noël. Le Cabinet du premier ministre avait initialement déclaré que la famille de Trudeau paierait leur séjour. Mais, comme l’a rapporté La Presse Canadienne, le bureau a précisé plus tard que l’hébergement était « gratuit dans un endroit appartenant à des amis de la famille ».

Son bureau a également déclaré que le commissaire à l’éthique avait été consulté « sur ces détails avant le voyage afin de s’assurer que les règles étaient respectées ».

Le Cabinet du premier ministre avait déclaré à l’époque que Trudeau « continue de rembourser l’équivalent d’un billet d’avion commercial pour son voyage personnel et celui de sa famille ». Le Premier ministre doit voyager à bord des avions du gouvernement, conformément à la politique gouvernementale de longue date.

Répondant précédemment aux accusations de Barrett selon lesquelles il serait peu transparent, le secrétaire de presse du Cabinet du premier ministre, Mohammad Hussain, a déclaré dans un communiqué envoyé par courrier électronique que « toute allégation selon laquelle nous induirions en erreur le Bureau du commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique est catégoriquement fausse ».

Dans des déclarations précédentes aux médias, le Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique a confirmé que des consultations avaient eu lieu avant les vacances du premier ministre et a indiqué que le bureau « n’approuve ni n’autorise les vacances des personnes réglementées », mais a refusé de fournir des détails précis. invoquant des exigences de confidentialité.

Cette divergence dans la formulation, étant donné que les libéraux ont laissé entendre que les vacances avaient reçu le feu vert, a été examinée plus en détail lors de l’audience de mardi.

Tout en n’offrant pas plus de détails lorsqu’on lui a demandé l’intégralité de ce que Trudeau avait divulgué, von Finckenstein a déclaré que même si son bureau n’approuve pas les cadeaux spécifiques ou les destinations de voyage souhaitées, il offre plutôt des conseils sur ce qui est autorisé.

Il a déclaré que les titulaires de charge « suivent toujours » les conseils de son bureau sur ce qui est acceptable, car s’ils ne le font pas, une enquête sera ouverte.

“Nous travaillons pour vérifier la véritable profondeur d’une amitié affirmée. Si quelqu’un est un ami, il peut offrir un cadeau à un fonctionnaire public dans un contexte personnel, et le cadeau n’a pas besoin d’être divulgué”, a-t-il déclaré.

Le premier ministre a été interpellé au sujet de son logement de vacances lundi, lors de la première période de questions de 2024, alors que le chef conservateur Pierre Poilievre remettait en question les « vacances à 80 000 $ », que Trudeau a défendues comme étant chez des amis pendant les vacances, comme l’ont fait de nombreux Canadiens.

D’autres à venir…