Skip to content

LONDRES (Reuters) – TalkTalk britannique (TALK.L) a accepté de vendre son réseau de fibre optique jusqu'aux locaux (FTPP), qui a déployé des connexions à large bande ultra-rapides dans la ville nord de York, à CityFibre, soutenu par Goldman Sachs, pour 200 millions de livres (260 millions de dollars).

Le CityFibre britannique achète le réseau de fibre optique de TalkTalk York pour 200 millions de livres sterling

PHOTO DE DOSSIER: Une femme parle sur son téléphone alors qu'elle passe un logo de marque devant le siège de Talktalk à Londres, en Grande-Bretagne, le 10 mai 2017. REUTERS / Neil Hall

TalkTalk a également conclu un accord de gros avec CityFibre, qui lui permettra de transférer ses clients résidentiels et commerciaux vers les réseaux FTTP de CityFibre, contribuant ainsi à soutenir l'expansion de l'opérateur du réseau de fibre.

TalkTalk a commencé à poser ses propres câbles à fibres optiques à York dans un essai, en associant initialement ses rivaux Sky et CityFibre, pour défier BT (BT.L), l'opérateur du réseau national.

BT a été critiqué pour avoir traîné ses talons dans la construction de ses propres réseaux de fibre optique jusqu'aux locaux.

TalkTalk a déployé l'opération FTTP, qui a connecté 49000 foyers à ce jour, dans une nouvelle société, FibreNation, en 2018, qui a l'ambition de construire un réseau desservant 3 millions de locaux.

La PDG de TalkTalk, Tristia Harrison, qui concentre la société sur le haut débit à bas prix, a déclaré qu'elle travaillait sur l'accord depuis longtemps.

"Nous pensons que la valeur est bonne, c'est plus de trois fois l'investissement que nous avons fait", a-t-elle déclaré dans une interview.

Un accord a été retardé à la fin de l'année dernière lorsque le parti travailliste de l'opposition s'est engagé à nationaliser le réseau Openreach de BT s'il remportait les élections de décembre, une décision qui aurait bouleversé le marché du haut débit. Les conservateurs de Boris Johnson ont remporté plus tard une victoire décisive.

Les actions de TalkTalk s'échangeaient de 0,5% à 114 pence en début de séance, les analystes de Jefferies ayant déclaré que les conditions de l'accord étaient conformes aux attentes.

Lazard (LAZ.N) a agi en tant que seul conseiller financier de TalkTalk dans le cadre de l'accord, ce qui permettra à la société de réduire son endettement tout en conservant l'accès à un réseau FTTP pour sa clientèle.

Le PDG de CityFibre, Greg Mesch, a déclaré que le rachat de FibreNation avait fait de CityFibre la troisième plate-forme nationale d'infrastructure numérique du Royaume-Uni, derrière Openreach et Liberty Global ((LBTYA.O) Virgin Media, et partenaire majeur de l’ambition du gouvernement de déployer le FTTP à l’échelle nationale d’ici 2025.

«Le Royaume-Uni est une économie basée sur les services, et cela fonctionne mieux sur la fibre complète», a-t-il déclaré. «Il est essentiel de garantir une couverture nationale et cela ne peut être obtenu qu'en stimulant la concurrence dans les infrastructures à grande échelle. Cet accord démontre l'appétit de l'industrie pour le voir s'établir. »

CityFibre, qui appartient à Antin Infrastructure Partners et à Westman Infrastructure Partners de Goldman Sachs, ajoutera l'ambition de FibreNation d'atteindre 3 millions de locaux d'ici le milieu de la décennie à son propre objectif de 5 millions.

"Cinq millions représentaient environ 60 villes, 8 millions sont réparties dans 100 villes", a déclaré Mesch. «Notre engagement d'investissement passe de 2,5 milliards (livres) à maintenant environ 4 milliards d'investissements.»

Mesch a déclaré que CityFibre avait retravaillé un accord de vente en gros existant avec Vodafone (VOD.L) pour permettre à CityFibre d'ouvrir ses réseaux à d'autres fournisseurs de services à large bande plus tôt que prévu.

Rapports supplémentaires de Pamela Barbaglia; édité par James Davey et Kate Holton

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *