Le CIO autorise les Russes à concourir à Paris en tant que neutres

Lausanne (AFP) – Les responsables olympiques ont donné vendredi leur feu vert à la participation des athlètes russes et biélorusses aux Jeux de Paris de l’année prochaine en tant que neutres, en dehors des épreuves par équipes et tant qu’ils ne soutiennent pas activement la guerre contre l’Ukraine.

Publié le:

2 minutes

Le Comité international olympique a ajouté qu’il n’y avait actuellement que huit athlètes russes et trois biélorusses qualifiés comme athlètes neutres.

En comparaison, plus de 60 athlètes ukrainiens se sont qualifiés pour les Jeux olympiques de Paris l’année prochaine.

La commission exécutive du CIO « a décidé que les athlètes individuels neutres (AIN) qui se sont qualifiés via les systèmes de qualification existants des Fédérations Internationales (FI) sur le terrain de jeu seront déclarés éligibles pour concourir aux Jeux Olympiques de Paris 2024 ».

Mais seulement, ajoute-t-il, s’ils remplissent des conditions d’éligibilité strictes.

Cela inclut l’exclusion des « équipes d’athlètes possédant un passeport russe ou biélorusse ».

Il manquera également « les athlètes qui soutiennent activement la guerre » ainsi que « les athlètes qui sont sous contrat avec l’armée russe ou biélorusse ou les agences de sécurité nationale ».

De plus, « aucun drapeau, hymne, couleurs ou toute autre identification de quelque nature que ce soit de la Russie ou de la Biélorussie ne sera affiché aux Jeux Olympiques de Paris 2024 sur aucun site officiel ou lors de toute fonction officielle ».

« Aucun gouvernement ou représentant de l’État russe ou biélorusse ne sera invité ou accrédité pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. »

Les athlètes de Russie et de Biélorussie ont fait face à des sanctions de la part d’une multitude de sports depuis que Moscou a lancé son assaut contre l’Ukraine en février 2022.

Cependant, au cours de l’année écoulée, un certain nombre de sports olympiques ont assoupli les restrictions, permettant aux athlètes des deux pays de reprendre la compétition sous certaines conditions.

Pression de la Fédération

En mars, le CIO a levé l’interdiction pure et simple imposée aux athlètes russes et biélorusses, leur permettant de concourir en tant qu’athlètes neutres à condition qu’ils ne soutiennent pas le conflit ukrainien et n’aient aucun lien avec l’armée.

La question a été à nouveau soulevée mardi lorsque des représentants des fédérations sportives internationales et des comités nationaux olympiques ont appelé à ce que les athlètes russes et biélorusses soient admis « le plus tôt possible » sous drapeau neutre pour les Jeux de Paris du 26 juillet au 11 août 2024.

Lors du sommet olympique de Lausanne, les représentants des athlètes ont également demandé de la « clarté » sur la question.

Dans un entretien accordé jeudi à l’AFP, le ministre ukrainien des Sports par intérim a déclaré que son gouvernement était « très préoccupé » par cet appel de ces FI et CNO.

Matviy Bidnyi a déclaré que Kiev craignait que cette décision donne l’impression que le CIO « ne veut pas faire preuve du leadership nécessaire en matière d’équité et de justice olympique ».

« Comme l’a dit à juste titre le président Volodymyr Zelensky : ‘Evidemment, tout drapeau neutre d’athlètes russes est taché de sang' », a déclaré Bidnyi à l’AFP.

« Nous comptons sur une décision responsable et sur une direction du CIO qui ne permettra pas à la Russie d’utiliser le sport à des fins de propagande militaire.

« Même si c’est du sport sous drapeau neutre. »

Le Comité olympique russe (ROC) reste suspendu, le CIO ayant lancé une interdiction en octobre pour violation de l’intégrité territoriale de l’adhésion de l’Ukraine en reconnaissant des territoires illégalement annexés.

La République de Chine a reconnu les organisations régionales du CIO dans quatre territoires ukrainiens annexés depuis le début de l’invasion russe en 2022.

L’organisme olympique russe a lancé le mois dernier un appel contre sa suspension par le CIO auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS).