Le choc de Stella Creasy alors qu’on lui dit qu’aucun bébé n’est autorisé à Commons

Sir Lindsay Hoyle a ordonné un examen pour savoir si les députés peuvent amener leurs bébés dans la chambre, après que Stella Creasy, du parti travailliste, a été informée par les autorités des Communes qu’il était contraire aux règles d’amener son fils de trois mois à un débat.

Après que la correspondance ait provoqué l’indignation, le porte-parole des Communes a déclaré aux députés qu’il n’était initialement pas au courant de l’échange, mais a souligné qu’il était « extrêmement important » que les parents de jeunes enfants puissent participer pleinement aux travaux parlementaires.

Mettant à jour les députés, Sir Lindsay a déclaré qu’il avait demandé que le comité de procédure, présidé par l’ancienne ministre conservatrice Karen Bradley, examine la question et présente des recommandations sur lesquelles les Communes votent.

Mme Creasy, la députée travailliste de Walthamstow, qui a déjà emmené son bébé aux Communes sans se plaindre, a été réprimandée après avoir mené mardi un débat sur les programmes de crédit à la consommation « acheter maintenant, payer plus tard » avec son fils de trois mois à une fronde.

« Nous avons été informés que vous étiez accompagné de votre bébé à Westminster Hall plus tôt dans la journée », lit-on dans l’e-mail du secrétaire particulier du président du comité des voies et moyens.

La correspondance – publiée par Mme Creasy sur les réseaux sociaux – indiquait que le fait d’amener son bébé au Parlement n’était pas conforme aux règles récemment publiées sur le « comportement et les courtoisies » contenues dans le manuel à l’intention des députés. « Je voudrais attirer votre attention sur le fait que cela s’applique également aux débats à Westminster Hall », a-t-il ajouté.

Mme Creasy, qui a fait campagne pour que les mères entrent en politique, a posté à côté de l’e-mail hier soir : « Les mères dans la mère de tout parlement[s] ne doivent pas être vus ou entendus, semble-t-il… #21stCenturyCalling ».

Le livre de règles, publié par le président et les vice-présidents concernant la Chambre des communes et Westminster Hall, a été mis à jour en septembre.

Il dit : « Vous ne devez pas vous asseoir dans la salle lorsque votre enfant est accompagné, ni vous tenir à chaque extrémité de la salle, entre les divisions. » Le même libellé a été utilisé dans la version précédente du livre de règles.

Le député travailliste Alex Davies-Jones a tweeté que la règle semblait « une contradiction totale » étant donné que, lorsqu’elle allaitait son enfant, l’orateur des Communes lui avait assuré qu’elle pouvait nourrir son enfant dans la chambre ou dans le Westminster Hall si elle en avait besoin.

Dans une mise à jour aux députés mercredi, Sir Lindsay a déclaré: « Ce conseil donné hier à l’honorable membre de Walthamstow sous l’autorité du président des voies et moyens, dont je n’étais pas au courant jusqu’à hier soir, reflète correctement les règles actuelles. Cependant, les règles doivent être replacées dans leur contexte et elles changent avec le temps.

« Cette maison doit pouvoir fonctionner de manière professionnelle et sans perturbations. Cependant, il peut parfois arriver que le président puisse exercer son pouvoir discrétionnaire en supposant que les affaires ne doivent pas être perturbées. J’accepte qu’il y ait des points de vue divergents sur cette question.

Il a ajouté: « Il y aura également probablement des questions conséquentes, c’est pourquoi j’ai demandé à la présidente de la commission de la procédure si elle et sa commission examineraient cette question et présenteraient des recommandations qui seraient en fin de compte pour la chambre de se prononcer sur . « 

Mme Creasy, qui a également une jeune fille, s’est battue pour que les députés aient une couverture de maternité adéquate dans le cadre de sa campagne This Mum Votes. En septembre, Mme Creasy a demandé au chef des communes Jacob Rees-Mogg s’il envisagerait de revoir les règles qui signifient que les députés en congé parental doivent renoncer au vote par procuration qui leur est autorisé s’ils souhaitent prendre la parole occasionnellement à la chambre.

M. Rees-Mogg a déclaré en réponse qu’il pensait que les règles étaient « parfaitement raisonnables et entièrement conformes à la loi ».

Les députés ont droit à un congé de maternité payé de six mois, ainsi qu’à un vote par procuration, mais ils doivent être physiquement présents à Westminster afin de représenter les points de vue de leurs électeurs lors des débats à la Chambre des communes.

On pensait que l’ancien chef des libéraux démocrates Jo Swinson était le premier député à bercer son bébé lors d’un débat à la Chambre des communes en 2018. La même année, le Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern est devenu le premier leader mondial à emmener son bébé au sol de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *