Le chien de garde de l’ONU se rend à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporizhzhia avec des “garanties explicites” pour sa sécurité

NOUVEAUVous pouvez désormais écouter les articles de Fox News !

L’organisme de surveillance nucléaire des Nations unies, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), a déclaré mercredi qu’il se dirigeait vers la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporizhzhia (ZNPP) avec des “garanties explicites” pour la sécurité de son équipe.

La plus grande centrale nucléaire d’Europe a été menacée à plusieurs reprises d’un barrage de bombardements qui, selon les responsables, pourraient entraîner une catastrophe nucléaire massive si la centrale était endommagée.

Avant de quitter Kyiv, le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, a déclaré que son équipe avait finalement obtenu l’accès à l’usine après “six mois d’efforts acharnés”.

L’AGENCE NUCLÉAIRE UKRAINE AVERTIT LE RISQUE D’HYDROGÈNE ET DE FUITES RADIOACTIVES SUITE À DES DOMMAGES À LA CENTRALE DE ZAPORIZHZHIA

Le directeur général de l’AIEA, Rafael Mariano Grossi, dirige la mission d’experts de l’AIEA qui comprend le personnel de sûreté, de sécurité et de garanties nucléaires de l’AIEA alors qu’ils se préparent pour leur visite officielle en Ukraine à la centrale nucléaire de Zaporizhzhya à l’aéroport international de Vienne, en Autriche, le 29 août 2022.
(Dean Calma/AIEA/Handout via REUTERS)

“Nous avons une tâche très, très importante à accomplir là-bas, pour évaluer la situation réelle là-bas, pour aider à stabiliser la situation autant que possible”, a-t-il déclaré aux journalistes. “Je suis vraiment très conscient de la pertinence de ce moment, mais nous sommes prêts. L’AIEA est prête.”

Le voyage du directeur général intervient une semaine seulement après que le ZNPP a subi les dommages les plus graves qui lui ont été infligés lorsque des lignes électriques ont été abattues par des bombardements, déconnectant deux des réacteurs de la centrale du réseau électrique et déclenchant ses systèmes de protection d’urgence.

L’Ukraine et la Russie se sont mutuellement accusées de l’incident du bombardement.

LES TRAVAILLEURS DE LA CENTRALE NUCLÉAIRE DE ZAPORIZHZHIA DISENT QUE LES RUSSES LES « TORTURENT » POUR GARDER LE SILENCE AVANT LA VISITE DE L’AIEA

Moscou, qui occupe l’usine depuis le 3 mars, a affirmé que les forces ukrainiennes avaient tiré sur l’usine pour tenter d’y frapper ses troupes.

Alors que Kyiv a carrément blâmé la Russie, soulignant ses avertissements répétés d’une catastrophe nucléaire qui pourrait dépasser celle de la catastrophe de Tchernobyl en 1986 si la centrale était attaquée.

Grossi n’a pas dit combien de temps son équipe prévoit de rester ni ce qu’elle fera pour mieux sécuriser l’usine, mais le directeur général a déclaré que c’était la première fois que l’AIEA pénétrait dans une zone de guerre active.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

“Ces opérations sont très complexes”, a-t-il déclaré aux journalistes. “Nous allons dans une zone de guerre. Et cela nécessite des garanties explicites non seulement de la Fédération de Russie, mais aussi de la République d’Ukraine, et nous avons pu l’obtenir.”

L’AIEA espère établir une mission permanente au ZNPP, qui continue d’être exploité par des techniciens ukrainiens depuis son occupation au début de cette année.

Grossi dirige une équipe de 13 hommes et une femme à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia.