Le chef suprême de l’Iran écarte la colère et impute les manifestations aux étrangers

Dans ses premiers commentaires publics sur les manifestations qui balaient l’Iran, le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, a qualifié lundi les troubles d'”émeutes” provoquées par des puissances étrangères, dont les États-Unis et Israël.

Ses commentaires, adressés aux cadets de la police lors d’une cérémonie de remise des diplômes dans la capitale Téhéran, semblaient dissiper la colère qui alimentait les manifestations les plus importantes et les plus répandues en Iran depuis plusieurs années. Ils ont éclaté il y a deux semaines après la mort de Mahsa Amini, 22 ans, après son arrestation par des membres de la «police de la moralité» iranienne, prétendument pour avoir enfreint le code vestimentaire conservateur de la République islamique.

Khamanei – une cible fréquente de dérision dans les chants des manifestants – a déclaré que la mort d’Amini « nous a brisé le cœur », mais a qualifié la réaction de « contre nature », selon l’agence de presse semi-officielle Tasnim. “Comment se fait-il que certaines personnes ne voient pas la main étrangère?” il a été cité comme disant.

Le président iranien menace de réagir “décisivement” alors que les manifestations se poursuivent

Les manifestations, dont beaucoup sont dirigées par des femmes, sont alimentées par une litanie de griefs : la fureur suscitée par la mort d’Amini, la police des mœurs qui l’a détenue et les restrictions obligatoires, comme le port du foulard, qu’elle applique, ainsi qu’une colère plus large contre la sécurité. services, le gouvernement et l’establishment clérical de l’Iran. Les rassemblements de solidarité avec les manifestants iraniens ont attiré des milliers de personnes dans des villes à l’étranger.

Une répression des manifestations a tué au moins 52 personnes, selon Amnesty International, et a inclus l’utilisation de tirs réels par les services de sécurité et l’étranglement du service Internet pour empêcher les manifestants de s’organiser. La semaine dernière, l’Iran a mené des attaques transfrontalières meurtrières dans le nord de l’Irak, visant le siège de trois partis d’opposition kurdes iraniens qui soutiennent les manifestations, signe du malaise croissant du gouvernement iranien.

Alors que les manifestations font rage, l’Iran mène des frappes contre les Kurdes en Irak

Les manifestations ont commencé dans l’ouest de l’Iran, à prédominance kurde, d’où est originaire Amini et qui partage une frontière avec la région kurde semi-autonome d’Irak. Les attaques transfrontalières ont tué au moins 13 personnes.

Les commentaires de Khamanei lundi ont fait écho à ceux d’autres responsables iraniens, dont le président Ebrahim Raisi, qui ont accusé les ennemis étrangers des manifestations. Les autorités iraniennes ont déclaré vendredi avoir arrêté neuf ressortissants européens pour leur rôle présumé dans les manifestations, dans une démarche susceptible d’accroître les tensions avec l’Occident.

Malgré le nombre croissant de morts, les troubles ont montré peu de signes de déclin. Les manifestations se sont poursuivies dimanche et lundi, y compris sur les campus universitaires de près d’une demi-douzaine de villes à travers le pays, selon des vidéos publiées par 1500 Tasvir, un groupe antigouvernemental qui surveille les manifestations.