Actualité culturelle | News 24

Le chef suprême de l’Iran blâme les États-Unis et Israël pour les manifestations de Mahsa Amini

Le chef suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, a répondu publiquement lundi aux plus grandes manifestations en Iran depuis des années, brisant des semaines de silence pour condamner ce qu’il a qualifié d'”émeutes” et accuser les États-Unis et Israël de planifier les manifestations.

Les troubles, déclenchés par la mort d’une jeune femme détenue par la police des mœurs iranienne, éclatent à travers le pays pour une troisième semaine malgré les efforts du gouvernement pour réprimer.

Lundi, l’Iran a fermé sa meilleure université technologique à la suite d’une confrontation d’une heure entre les étudiants et la police qui a transformé la prestigieuse institution en dernier foyer de protestations et s’est terminée par l’arrestation de centaines de jeunes.

S’adressant à un cadre d’étudiants de la police à Téhéran, Khamenei a déclaré qu’il avait le “cœur brisé” par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, en garde à vue, qualifiant cela de “triste incident”. Cependant, il a fermement condamné les manifestations comme un complot étranger visant à déstabiliser l’Iran, faisant écho aux commentaires précédents des autorités.

“Cette émeute était planifiée”, a-t-il déclaré à un groupe d’étudiants de la police à Téhéran. “Ces émeutes et insécurités ont été conçues par l’Amérique et le régime sioniste, et leurs employés.”

Des heures d’agitation

Pendant ce temps, l’Université de technologie Sharif de Téhéran a annoncé que seuls les doctorants seraient autorisés sur le campus jusqu’à nouvel ordre après des heures d’agitation dimanche soir, lorsque des témoins ont déclaré que des manifestants antigouvernementaux se sont affrontés avec des étudiants intransigeants et favorables à l’establishment.

Les témoins, qui ont parlé sous couvert d’anonymat par crainte de représailles, ont déclaré que la police avait enfermé des centaines d’étudiants sur le campus et tiré des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestations. L’association étudiante de l’université a déclaré que des policiers et des agents en civil avaient encerclé l’école de tous côtés et arrêté au moins 300 étudiants alors que des manifestations secouaient le campus après la tombée de la nuit.

Des agents en civil ont battu un professeur et plusieurs employés de l’université, a rapporté l’association. L’agence de presse publique IRNA a cherché à minimiser l’impasse violente, signalant qu’un “rassemblement de protestation” a eu lieu et s’est terminé sans faire de victimes.

Les gens courent lors d’affrontements avec la police anti-émeute alors que des étudiants manifestent à Téhéran, en Iran, dimanche. (Reuters)

Le dernier mouvement de protestation iranien, qui a produit certains des troubles les plus répandus du pays depuis des années, est apparu en réponse à la mort d’Amini après son arrestation pour avoir prétendument violé le code vestimentaire islamique strict du pays. Cependant, il est devenu un défi ouvert aux dirigeants iraniens, avec des chants de “Mort au dictateur” résonnant dans les rues et les balcons après la tombée de la nuit.

Puits de doléances

Les manifestations ont puisé dans un puits profond de griefs en Iran, notamment les restrictions sociales du pays, la répression politique et une économie en difficulté longtemps étranglée par les sanctions américaines. Les manifestations, avec des femmes brûlant leur foulard mandaté par l’État et des foules scandant la chute des religieux au pouvoir, se sont poursuivies à Téhéran et dans des provinces éloignées, même si les autorités ont restreint l’accès à Internet au monde extérieur et bloqué les applications de médias sociaux.

Dans ses remarques de lundi, Khamenei a condamné les scènes de manifestants arrachant leur hijab et incendiant des mosquées, des banques et des voitures de police comme “des actions qui ne sont pas normales, qui ne sont pas naturelles”.

Les forces de sécurité ont répondu avec des gaz lacrymogènes, des plombs métalliques et, dans certains cas, des tirs à balles réelles, selon des groupes de défense des droits et des images largement partagées, bien que la portée de la répression reste incertaine.

La télévision d’État iranienne a rapporté que le nombre de morts dans les affrontements violents entre les manifestants et les agents de sécurité pourrait atteindre 41. Des groupes de défense des droits ont donné un nombre plus élevé de morts, Amnesty International, basée à Londres, a déclaré qu’elle avait identifié 52 victimes, dont cinq femmes et à moins cinq enfants.

Un nombre incalculable de personnes ont été appréhendées, les responsables locaux faisant état d’au moins 1 500 arrestations. Les forces de sécurité ont arrêté des dizaines d’artistes et de militants qui ont exprimé leur soutien aux manifestations, ainsi que des dizaines de journalistes dans le filet qui s’élargit. Plus récemment, dimanche, les autorités ont arrêté Alborz Nezami, reporter dans un journal économique de Téhéran.

Khamenei a déclaré que ceux qui fomentent des troubles pour “saboter” le pays méritent des poursuites et des sanctions sévères. Les jeunes qui « descendent dans la rue après avoir regardé quelque chose sur Internet », a-t-il ajouté, devraient être « disciplinés ».

La plupart des manifestants semblent avoir moins de 25 ans, selon des témoins oculaires – des Iraniens qui ont grandi dans un isolement mondial et de sévères sanctions occidentales liées au programme nucléaire iranien. Les pourparlers pour relancer l’accord nucléaire historique de 2015 sont au point mort depuis des mois, alimentant le mécontentement du public alors que la valeur de la monnaie iranienne baisse et que les prix montent en flèche.

Au début de la nouvelle année universitaire cette semaine, des étudiants se sont rassemblés pour protester dans des universités à travers l’Iran, selon des vidéos largement partagées sur les réseaux sociaux, scandant des slogans contre le gouvernement et dénonçant la répression des forces de sécurité contre les manifestants.

Articles similaires