Skip to content

PHOTO DE DOSSIER: Le secrétaire américain au Travail, Alexander Acosta, prend la parole lors de la conférence législative 2019 des Syndicats des travailleurs du bâtiment en Amérique du Nord, à Washington, le 9 avril 2019. REUTERS / Jeenah Moon

WASHINGTON (Reuters) – Le secrétaire américain au Travail, Alexander Acosta, tiendra une conférence de presse plus tard mercredi pour examiner l'accord conclu en 2008 avec le financier Jeffrey Epstein, qu'il avait annoncé en tant que procureur américain en Floride, a annoncé le département du Travail dans un communiqué.

Acosta doit faire une déclaration et répondre aux questions à 14h30. (18h30 GMT).

Les fonctionnaires de la Maison Blanche n'ont pas répondu à une demande de commentaire sur la démission éventuelle d'Acosta lors de la conférence de presse.

Le rôle d’Acosta dans cet accord il ya plus de dix ans a fait l’objet d’un nouvel examen après qu’une enquête du Miami Herald a jeté un nouvel éclairage sur cet accord, poussant les procureurs fédéraux à New York à déposer de nouvelles accusations de traite à des fins sexuelles contre Epstein.

L’accord conclu en 2008 en Floride, où Acosta exerçait les fonctions de procureur, a permis à Epstein de plaider en faveur d’une infraction moins grave en matière de prostitution et de purger une peine de 13 mois dans une prison du comté, avec permission au cours de la journée. Il a également dû s'inscrire en tant que délinquant sexuel. Plus tôt cette année, un juge s’est prononcé contre l’accord.

Lundi, l'avocat américain à Manhattan a déclaré qu'il n'était pas lié par l'accord de 2008 et a accusé Epstein d'attirer des dizaines de filles, dont certaines âgées de 14 ans, et de les contraindre à des actes sexuels.

Acosta a défendu son traitement de l'affaire dans une paire de tweets mardi. Le président républicain Donald Trump a séparément soutenu Acosta dans ses commentaires aux journalistes mercredi, mais a déclaré qu'il se pencherait sur la question.

La présidente américaine de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et d’autres démocrates ont appelé à la démission d’Acosta.

Reportage de Susan Heavey et Roberta Rampton; édité par Jonathan Oatis

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *