Skip to content

LA PAZ (Reuters) – Il n'y a pas de mandat d'arrêt à l'encontre du président Evo Morales, a déclaré dimanche un chef de la police bolivienne dans une déclaration diffusée sur une chaîne de télévision locale.

Morales, qui a démissionné dimanche au lendemain des élections du 20 octobre, a dénoncé dans un communiqué publié précédemment sur Twitter ce qu'il a appelé un mandat d'arrêt "illégal" de la police, affirmant que "des groupes violents" avaient attaqué son domicile.

Reportage de Daniel Ramos; Écrit par Cassandra Garrison; Édité par Christian Schmollinger

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *