Le changement de garde-robe d’un journaliste de télévision dans les 24 HEURES montre une vie brutale sous le régime des talibans alors qu’elle craint pour sa vie

Une journaliste de télévision a changé frénétiquement sa garde-robe, craignant pour sa vie, alors que les talibans s’engagent à réintroduire des lois tordues qui les voyaient auparavant brutaliser les femmes.

En 24 heures, la correspondante de CNN, Clarissa Ward, est passée du reportage vêtu de vêtements colorés exposant ses bras à celui de se couvrir d’un voile islamique.

La journaliste de CNN Clarissa Ward a rapporté en direct de Kaboul portant des vêtements aux couleurs vives dimancheCrédit : CNN
En une journée, la journaliste avait changé sa garde-robe et portait à la place un voile islamique

En une journée, la journaliste avait changé sa garde-robe et portait à la place un voile islamiqueCrédit : CNN

Dimanche, Mme Ward a choisi de porter une écharpe rouge et un haut bleu, les bras découverts alors qu’elle se présentait en direct du pays déchiré par la guerre.

Mais juste un jour après la capture de Kaboul par les talibans, la journaliste américaine a rapidement repensé ses options de tenue et a été vue lundi devant la caméra vêtue d’un voile islamique porté généralement par les femmes chiites.

Ses bras étaient complètement couverts, avec juste une partie de son visage visible.

Cela survient alors que les femmes sont torturées et exécutées en vertu de nouvelles lois brutales alors que le règne de terreur des talibans commence après que l’armée djihadiste s’est emparée de la capitale afghane – mettant fin à un déchaînement qui a humilié le président américain Joe Biden et une grande partie de l’Occident.

On pense que les femmes et les filles sont parmi les personnes les plus à risque sous le nouveau régime taliban – malgré leurs tentatives de se faire une personnalité plus moderne.

Des rapports inquiétants émergent déjà d’Afghanistan alors que le gouvernement s’effondre et que les talibans reprennent le pouvoir près de 20 ans après avoir été chassés par l’Occident.

Les forces talibanes se sont déjà engagées à réintroduire des lois perverses qui les ont vus brutaliser les femmes et les homosexuels lorsqu’ils gouvernaient l’Afghanistan dans les années 90.

Et il y a déjà eu des rapports tout au long de leur progression sur des femmes abattues et des filles aussi jeunes que 12 ans traînées hors de chez elles pour être « mariées ».

On prétend qu’une femme a été condamnée à être lapidée à mort à Samangan.

Lisez notre Blog en direct sur l’Afghanistan pour les dernières mises à jour

Les chefs de guerre taliban considéreraient les femmes et les filles célibataires – ou veuves – âgées de 12 à 45 ans comme des « qhanimat », un butin de guerre à répartir entre leurs combattants.

Des Afghans affluant à Kaboul alors que des réfugiés fuyaient la marche des militants ont raconté comment les commandants ont exigé qu’ils livrent des femmes et des filles pour qu’elles deviennent leurs « épouses » et soient violées.

Ils ont également raconté comment des civils et des soldats capturés ont été assassinés par les talibans, a rapporté le Wall Street Journal.

Les responsables talibans ont nié que le groupe applique l’esclavage sexuel – et affirment que de telles actions sont contraires aux règles de l’Islam.

Cependant, de telles pratiques étaient endémiques la dernière fois que les talibans ont gouverné l’Afghanistan.

Des femmes avec leurs enfants tentent de pénétrer à l'intérieur de l'aéroport international Hamid Karzai de Kaboul au milieu des talibans

Des femmes avec leurs enfants tentent de pénétrer à l’intérieur de l’aéroport international Hamid Karzai de Kaboul au milieu des talibansCrédit : Reuters
Les combattants talibans ont pris le contrôle du palais présidentiel afghan après que le président Ashraf Ghani a fui le pays

Les combattants talibans ont pris le contrôle du palais présidentiel afghan après que le président Ashraf Ghani a fui le paysCrédit : AP
Des combattants talibans scandent « Mort à l’Amérique » après la chute de Kaboul alors que les manifestants crient « Biden, tu nous as trahis » à la Maison Blanche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *