Skip to content

Le changement climatique pourrait créer de nouvelles demandes d'asile, selon l'ONU

CUn changement limité pourrait créer de nouveaux motifs légitimes de demander l'asile à l'avenir, a averti l'ONU.

Le Comité des droits de l'homme des Nations Unies a rejeté la demande d'Ioane Teitiota, qui avait fui la nation pacifique de Kiribati, pour se protéger en Nouvelle-Zélande, au motif que le danger qu'il courait n'était pas imminent.

Mais la Cour a déclaré que «sans efforts nationaux et internationaux solides», les effets du changement climatique pourraient déclencher le principe de non-refoulement, ce qui signifie que les demandeurs d'asile ne pourraient pas être envoyés dans les pays touchés.

Kiribati, composée de 33 atolls et d'une île, fait face à une menace croissante de l'élévation du niveau de la mer et pourrait être inhabitable d'ici 2050.

Mais l'ONU a jugé que le délai laissait du temps pour des interventions qui pourraient sauver les îles ou pour le gouvernement de relocaliser les insulaires.

M. Teitiota a déposé son dossier en février 2016, six mois après son expulsion de la Nouvelle-Zélande à Kiribati. Il est arrivé en Nouvelle-Zélande en 2007 avec sa femme et le couple était resté après l'expiration de leur visa en 2010.

Il a déclaré qu'il avait été confronté à des conflits fonciers et à des difficultés d'accès à l'eau potable sur son île natale de Tarawa Sud, qui était devenue surpeuplée car les îles environnantes étaient devenues inhabitables en raison de l'élévation du niveau de la mer.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *