Dernières Nouvelles | News 24

Le « cerveau » des violences Haldwani arrêté à Delhi | Nouvelles de l’Inde

DEHRADUN : Dans le cadre d’une opération conjointe avec la police de Delhi, la police de Nainital a été arrêtée dimanche Abdoul Maliksoupçonné cerveau de Violences haldwaniennes qui a fait cinq morts et des dizaines de blessés, depuis Delhi. La police a déclaré que Malik, propriétaire de Malik Ka Bagicha, un endroit autour duquel des violences avaient éclaté, avait construit une madrassa et une mosquée « illégales » à Banphoolpura. Son fils, qui n’a pas été nommé, et le frère du leader du PS Matin Siddiqui, Javed Siddiqui, ont également été détenus.
La police a appréhendé dimanche Abdul Malik, le cerveau présumé des violences qui ont éclaté jeudi à Haldwani, au cours desquelles cinq personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées.
“Il a été retrouvé dans la capitale nationale et arrêté par nous avec l’aide de la police de Delhi. Il sera amené dans l’Uttarakhand après avoir rempli les documents requis”, a déclaré un officier qui a souhaité rester anonyme.
Les flics ont déclaré que Malik, le propriétaire de Malik Ka Bagicha, l’endroit autour duquel les violences avaient éclaté, avait construit la madrassa et la mosquée “illégales” sur les terres Nazul à Banphoolpura. Le fils anonyme de Malik et le frère du fonctionnaire SP Matin Siddiqui, Javed Siddiqui, ont également été arrêté.
“La police a arrêté plus de 60 personnes, dont le fils de Malik, pour les interroger en raison de leur implication présumée dans les violences. Sur la base de cet interrogatoire, il a été appréhendé”, a ajouté l’officier.
Le porte-parole du quartier général de la police, Nilesh Anand Bharne, a déclaré qu’une enquête était en cours pour identifier d’autres personnes impliquées dans les violences. “Cinq personnes ont été arrêtées et plus de 60 détenues. L’enquête continue d’identifier d’autres personnes impliquées et nous nous attendons à de nouvelles arrestations dans les prochains jours”, a déclaré Bharne.
L’administration du district de Nainital a déployé un grand nombre de forces de police dans la région de Banbhoolpura, à Haldwani, après les violences qui ont éclaté le 8 février à la suite d’une campagne anti-empiétement. Pour garder la situation sous contrôle, l’ensemble de la zone a été divisé en cinq super zones supervisées par sept magistrats.
Levant la suspension des services Internet, la police a mis en garde contre des mesures strictes contre les mécréants qui tentent de perturber l’harmonie communautaire en publiant des photos et des commentaires provocateurs sur les réseaux sociaux.
Pendant ce temps, Maulana Mahmood Madani, président de l’une des deux factions du Jamiat Ulama-i-Hind, a écrit au ministre de l’Intérieur Amit Shah pour exprimer son inquiétude quant à la situation à Haldwani. Madani a remis en question « la précipitation de la démolition et a appelé à trouver une solution durable au problème, en particulier lorsqu’il