Le CDC, l’OMS et l’Ouganda accueilleront une réunion régionale alors qu’Ebola se propage

NAIROBI, Kenya – Les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies ont annoncé que l’Ouganda accueillera la semaine prochaine une réunion ministérielle sur l’épidémie de la souche soudanaise du virus Ebola, qui n’a pas de vaccin éprouvé et a semé l’alarme dans la région de l’Afrique de l’Est.

Le directeur par intérim Ahmed Ogwell a déclaré aux journalistes jeudi que les trois pays qui ont souffert de l’épidémie dévastatrice d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014-16, la Sierra Leone, la Guinée et le Libéria, sont également invités à la réunion du 12 octobre.

L’actuelle épidémie d’Ebola dans le centre de l’Ouganda a un taux de létalité de 69 %, qu’Ogwell a qualifié de « très élevé », et quatre agents de santé figurent parmi les 30 personnes décédées. Il y a eu 43 cas confirmés. Aucun n’a été dans la capitale, Kampala.

Ogwell a déclaré que l’exposition des agents de santé était au début de l’épidémie “quand nous ne savions pas à quoi nous avions affaire”, et il a rejeté la suggestion selon laquelle les infections signalaient que l’épidémie devenait incontrôlable.

Il a déclaré que plus de 860 contacts actifs ont été répertoriés et qu’au moins 78% d’entre eux sont surveillés, une situation qui a presque doublé depuis une semaine.

Le CDC Afrique a déclaré avoir acheté 20 000 kits de test qui devraient arriver au début de la semaine prochaine pour la région, et il expédiera des stocks d’équipements de protection individuelle la semaine prochaine.

Ebola peut être difficile à détecter au début car la fièvre est aussi un symptôme du paludisme. Ebola, qui se manifeste par une fièvre hémorragique virale, se transmet par contact avec les fluides corporels d’une personne infectée ou des matériaux contaminés. Les symptômes comprennent de la fièvre, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs musculaires et parfois des saignements internes et externes.

L’Ouganda a connu plusieurs épidémies d’Ebola, dont une en 2000 qui a tué plus de 200 personnes.

Cette version corrige pour dire que quatre agents de santé sont décédés.