Dernières Nouvelles | News 24

Le candidat n’obtient aucune voix pour prouver son point d’élection — RT World News

Alors que les électeurs ont réprimandé le parti au pouvoir au Canada lors d’une élection partielle à Toronto, un candidat protestataire a marqué l’histoire

Un musicien de Montréal a enregistré une première historique pour le Canada, en n’obtenant aucun vote alors qu’il se présentait à une élection fédérale.

Félix-Antoine Hamel a proposé son nom dans Toronto-St. Paul, dans le cadre d’une manifestation du Comité du scrutin le plus long, un groupe qui veut réformer la façon dont le Canada vote pour ses députés. Il a fini par entrer dans l’histoire.

Le Comité du scrutin le plus long était chargé de classer 77 des 84 candidats lors du scrutin de lundi, ce qui en fait le scrutin le plus long de l’histoire électorale du Canada. Le papier lui-même mesurait un mètre de long.

«Quand j’ai vu le résultat, je me suis dit, eh bien, j’étais le véritable candidat à l’unité. Tout le monde est d’accord pour ne pas voter pour moi. » a déclaré l’homme de 45 ans à la chaîne de télévision publique CBC. «Je suis l’une des dernières personnes susceptibles de marquer l’histoire du Canada d’une manière ou d’une autre.»

Le cas de Hamel est le premier cas où un candidat n’a reçu aucun vote lors d’une élection contestée depuis la confédération du Canada en 1867. Les candidats précédents sans vote se sont présentés et ont gagné sans opposition ; le dernier cas de ce type était une élection partielle de 1957 à Lanark, en Ontario.





« Les dimensions inhabituelles du scrutin lui-même ont fait que certaines étapes ont pris plus de temps que d’habitude », a déclaré un porte-parole d’Élections Canada, s’excusant des retards aggravants dans le décompte des votes.

Alors que six des candidats ont obtenu deux voix chacun, Hamel était le seul à n’en avoir aucune, car, en tant que résident de Montréal, il ne pouvait même pas voter pour lui-même.

« C’est notre démocratie, c’est comme ça qu’elle fonctionne et parfois, elle peut être totalement absurde », il a déclaré à la CBC. « Tant que j’ai le droit et le privilège de n’obtenir aucun vote lors d’une élection, alors nous sommes vraiment dans une démocratie. »

Le parti libéral du premier ministre Justin Trudeau a organisé la conférence Toronto-St. Paul siège depuis 1983, mais les conservateurs l’ont remporté lundi lors d’une victoire surprise. Une grande partie de la presse canadienne a depuis débattu de ce que cela pourrait laisser présager du maintien au pouvoir de Trudeau.

Comme les États-Unis et le Royaume-Uni, le Canada utilise le système uninominal majoritaire à un tour, selon lequel celui qui obtient le plus de voix lors d’une élection remporte la course, même s’il n’obtient pas la majorité. Trudeau avait fait campagne en faveur de l’abolition du système après les élections de 2015, mais il est revenu sur cette promesse après la victoire écrasante de ses libéraux.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Lien source