Skip to content

WINDSOR, Ontario (Reuters) – Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui devrait perdre sa majorité parlementaire après l'élection du 21 octobre, a déclaré lundi qu'il avait besoin d'un gouvernement fort pour tenir tête au président américain Donald Trump.

Le Canadien Trudeau, en lutte électorale, affirme avoir besoin de l'appui des électeurs pour tenir tête à Trump

Le chef libéral et premier ministre canadien Justin Trudeau, son épouse Sophie Grégoire Trudeau, leur fils Xavier et leur fille Ella-Grace assistent à une visite de campagne électorale à Hamilton, Ontario, Canada, le 14 octobre 2019. REUTERS / Stephane Mahe

Les remarques de Trudeau étaient inhabituellement percutantes, d’autant plus que les deux dirigeants avaient apparemment cherché à améliorer leurs relations après que Trump eut accusé le Canadien, l’année dernière, d’être faible et malhonnête.

Les sondages d’opinion placent les libéraux de Trudeau même avec les conservateurs d’Andrew Scheer et suggèrent que le parti au pouvoir perdra sa majorité à la Chambre des communes. Cela laisserait les libéraux s'appuyer sur des partis plus petits pour gouverner.

Trudeau, faisant campagne pendant les vacances de l'Action de grâce du Canada, a souligné que les libéraux avaient supervisé le succès des négociations en vue de la conclusion d'un nouvel accord commercial entre les États-Unis, le Mexique et le Canada l'an dernier. Les pourparlers ont parfois été difficiles et Trudeau a déclaré que Scheer avait favorisé la capitulation face aux États-Unis.

«Nous devons continuer à avoir un gouvernement fort qui se concentre clairement sur la défense des Canadiens, contre Donald Trump, contre le populisme et le chaos dans le monde», a déclaré Trudeau à des journalistes à Windsor, en Ontario.

Un sondage de Nanos Research publié lundi a mis les libéraux à

Soutien de 32,3% et les conservateurs à 32,1%. Les néo-démocrates de gauche de Jagmeet Singh, le partenaire le plus évident pour un gouvernement de gouvernement libéral minoritaire, représentaient 19,2%.

Singh veut plus de dépenses pour les programmes sociaux et des impôts plus élevés pour les riches.

Scheer a appelé les Canadiens à lui donner une majorité, affirmant que l'alternative serait une coalition entre les libéraux et les néo-démocrates, qui générerait des déficits budgétaires énormes.

«Ce serait un gouvernement dont Justin Trudeau pourrait être le porte-parole, mais les néo-démocrates ont tiré leur épingle du jeu», a déclaré Scheer aux journalistes à Winnipeg, au Manitoba.

Singh a indiqué dimanche qu'il était ouvert à une coalition avec les libéraux, qui ont eu du mal à ouvrir une avance depuis l'apparition du mois dernier de photos montrant Trudeau en noir.

Le Canada n'a formé qu'une seule coalition officielle, en 1917, au cours de la Première Guerre mondiale. Les néo-démocrates ont conclu des accords pour maintenir les gouvernements libéraux minoritaires au pouvoir, notamment de 1972 à 1974 et en 2005.

Interrogé sur une éventuelle coalition avec les néo-démocrates, Trudeau a répondu: «Je fais campagne pour arrêter les coupes conservatrices et élire un gouvernement progressiste».

Scheer a déclaré que s'il gagnait, il présenterait une mise à jour fiscale dans les 100 jours afin d'introduire une série de crédits d'impôt.

Les conservateurs ont annoncé leur programme la semaine dernière et ont présenté des réductions de dizaines de milliards de dollars en dépenses.

Reportage de Stephane Mahe à Windsor, Ontario; Écrit par David Ljunggren; Édité par Matthew Lewis et Peter Cooney

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *