Actualité culturelle | News 24

Le Canada impose davantage de sanctions aux élites haïtiennes, ciblant les personnes les plus riches du pays

Le Canada impose davantage de sanctions aux élites haïtiennes qu’il accuse d’autonomiser les gangs dans le pays des Caraïbes.

Les nouvelles sanctions gèlent les avoirs canadiens détenus par trois des personnes les plus riches du pays. Ils incluent Gilbert Bigio – qui est souvent appelé la personne la plus riche d’Haïti – Reynold Deeb et Sherif Abdallah.

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, accuse le trio de fournir “un soutien financier et opérationnel illicite à des gangs armés” par le blanchiment d’argent et “d’autres actes de corruption”.

Frantz Andre, un activiste haïtien-canadien à Montréal, a déclaré dans une interview à CBC qu’il pensait que le gouvernement canadien devrait cibler Bigio, qui possède et exploite un port privé qui a été utilisé pour faire passer de la contrebande à des gangs en Haïti.

Les gangs ont paralysé Haïti en bloquant l’accès aux routes, au carburant et aux produits de première nécessité, ce qui a conduit le gouvernement à appeler à une mission d’intervention militaire internationale. Ottawa envisage de diriger une telle mission.

Mais certains Haïtiens craignent que cela n’aiderait que certaines parties du gouvernement – qui, selon eux, est responsable de la corruption et de l’aggravation de l’épidémie de choléra – à rester au pouvoir.

Joly a déclaré qu’elle demandait également aux pays “de suivre notre exemple et d’imposer des sanctions contre les gangs et leurs partisans”.

Articles similaires