Actualité culturelle | News 24

Le Canada ajoute la petite amie présumée de Poutine à la liste des sanctions

Le Canada a imposé des sanctions à Alina Kabaeva, qui serait la petite amie du président russe Vladimir Poutine.

L’ancien gymnaste olympique est l’un des 22 proches collaborateurs du régime russe ajoutés à la liste des sanctions suite à l’invasion en cours de l’Ukraine par le pays.

Le Royaume-Uni a sanctionné Kabaeva au début du mois et son nom aurait également figuré sur un projet de liste de personnes pouvant être sanctionnées par l’Union européenne.

À l’époque, la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, n’excluait pas de faire un geste similaire, affirmant que le Canada voulait être au coude à coude avec ses alliés pour imposer des sanctions aux personnes liées à Poutine.

REGARDEZ | Le Canada annonce une nouvelle série de sanctions contre les partisans de Poutine :

Le Canada annonce une nouvelle série de sanctions contre les partisans du président Vladimir Poutine

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a déclaré que cette série de sanctions vise les banques, les oligarques et le partenaire actuel de Poutine.

“Nous devons étouffer le régime de Poutine. C’est notre objectif depuis le début et c’est ce que nous continuerons à faire”, a déclaré Joly mardi lors d’une mêlée avec des journalistes.

Elle a dit que bien que le Canada et ses alliés n’imposent pas de sanctions aux mêmes personnes et organisations en même temps, leur approche est toujours coordonnée.

“Ce que nous faisons, c’est parfois nous prenons les devants, parfois nous travaillons avec les Américains, parfois nous travaillons avec les Européens”, a-t-elle déclaré.

“En fin de compte, lorsque tous les ministres du G7 se réunissent, nous savons que nous travaillons sur les mêmes entités et individus.”

La dernière série de sanctions, qui incluent également quatre institutions financières, est entrée en vigueur vendredi dernier.

Le Canada a sanctionné plus de 1 500 personnes et entités depuis que la Russie a annexé la Crimée en 2014.