Le Cambridge Varsity College rend des œuvres d’art en bronze pillées au Nigeria

Un collège de l’Université de Cambridge a remis mercredi un coq en bronze pillé en Afrique au XIXe siècle aux autorités nigérianes, dans le cadre d’un effort modeste mais croissant dans certains pays européens pour restituer l’art africain pris par les puissances coloniales. Jesus College est la première institution britannique à rendre l’un des artefacts connus sous le nom de bronzes du Bénin. S’exprimant avant la cérémonie de mercredi, la maîtresse d’université Sonita Alleyne l’a qualifiée d' »occasion mémorable ».

Les forces coloniales britanniques ont pris la statue d’Okukor en 1897 à la Cour du Bénin dans ce qui est aujourd’hui le Nigeria – parmi des milliers d’œuvres d’art saisies par les troupes d’occupation – et elle a été donnée au collège en 1905.

Le collège a retiré le bronze de la vue du public en 2016 après que les étudiants aient protesté, affirmant qu’il s’agissait d’un récit colonial. Le collège a mis en place un groupe de travail qui a conclu que la statue appartenait à l’Oba du Bénin, chef de la dynastie historique Eweka de l’Empire du Bénin. L’empire était centré sur Benin City dans le Nigeria d’aujourd’hui.

Sa Majesté Royale, Oba du Bénin, Omo N’Oba N’Edo Uku Akpolokpolo, Ewuare II, a salué la décision de passation. « Nous espérons vraiment que d’autres accéléreront le retour de nos œuvres d’art, qui dans de nombreux cas ont une importance religieuse pour nous », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Des centaines de bronzes du Bénin saisis se sont retrouvés au British Museum de Londres, et des centaines d’autres ont été vendus à d’autres collections telles que le Musée ethnologique de Berlin. L’Allemagne a déclaré cette année qu’elle retournerait les articles en sa possession.

Le British Museum a annoncé lundi qu’il travaillait sur une collaboration avec le Nigeria, liée à la construction d’un nouveau musée dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, qui permettra de « réunir des œuvres d’art béninoises issues de collections internationales ». Le musée est également engagé depuis des décennies dans une lutte acharnée avec le gouvernement grec à propos de la restitution des marbres d’Elgin, ou Parthénon.

De tels retours sont controversés en Europe, où de nombreux musées détiennent des œuvres acquises à l’époque coloniale.

De l’autre côté de la Manche, le président français a annoncé mercredi le « retour légitime au pays » de 26 objets pillés de l’époque coloniale envoyés au gouvernement du Bénin – certaines des 90 000 œuvres d’art africaines estimées conservées dans les musées français.

Les statues anthropomorphes en bois, les trônes royaux et les autels sacrés de la collection connue sous le nom de « Trésors d’Abomey » ont été pillés par l’armée française il y a 129 ans et sont actuellement exposés à Paris avant d’être remis au Bénin le 9 novembre.

Le président Emmanuel Macron a visité l’exposition mercredi avec le ministre béninois des Affaires étrangères Aurélien Agbenonci, qui l’a qualifié de « moment historique ».

Décrivant ses efforts de longue date pour récupérer les travaux, le ministre des Affaires étrangères a déclaré: « Personne n’aurait pu prédire cette issue heureuse … étant donné le nombre d’obstacles ».

Les 26 œuvres sont « une partie indéniable de l’identité culturelle et religieuse de notre pays », a-t-il déclaré, qualifiant la restitution d’étape clé vers les efforts du Bénin pour développer son secteur culturel et créer des emplois.

Macron est le premier président français à appeler à la restitution systématique de l’art colonial, mais a reconnu que seuls deux objets avaient été rendus jusqu’à présent : une épée au Sénégal et une couronne à Madagascar. Il a appelé à «une loi qui créerait un cadre à long terme pour la restitution» pour faciliter ces transferts d’art.

«Ces œuvres retourneront à la maison. Ils trouveront les hommes et les femmes qui sauront comprendre toute la puissance derrière ces travaux », a déclaré Macron. « Leur retour chez eux est un retour légitime chez eux. »

Lisez toutes les dernières nouvelles, les dernières nouvelles et les nouvelles sur le coronavirus ici. Suivez-nous sur Facebook, Twitter et Télégramme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *