Skip to content

WASHINGTON (Reuters) – La société de technologie américaine Maxar Technologies Inc a annoncé avoir choisi un logiciel développé par la start-up spatiale Olis Robotics pour exploiter un atterrisseur robotique lunaire faisant partie de l’objectif plus large des missions de la Lune humaine d’ici 2024.

Un bras robotique relié à l’atterrisseur lunaire SAMPLR de Maxar, l’une des 12 charges utiles d’une mission vers la Lune vers 2022, utilisera le logiciel pour récupérer des échantillons sur la surface de la Lune, recueillant ainsi des données cruciales pour les futures missions avec équipage sur le satellite terrestre.

La société Olis Robotics, basée à Seattle, construit le bras robotique et le logiciel associé.

Olis explique que son logiciel et sa robotique, exploités comme une console de jeu vidéo par des ingénieurs assis à son bureau, permettent une exploration et une fabrication spatiales contrôlées à distance, trop onéreuses ou trop dangereuses pour les êtres humains.

Une telle technologie, utilisée depuis des années par les sociétés pétrolières et gazières ou les chercheurs sous-marins, est au cœur des ambitions futuristes des êtres humains vivant et travaillant dans l'espace, explique la société.

Cette vision est partagée par de hauts responsables de la NASA ainsi que par la société spatiale Blue Origin, fondateur du milliardaire Amazon.com Inc, Jeff Bezos.

La NASA s’emploie à envoyer un équipage d’astronautes américains sur la Lune d’ici 2024, un calendrier accéléré défini par le vice-président américain Mike Pence en mars.

Le programme Artemis de l’agence spatiale fait appel à des atterrisseurs lunaires, des robots rovers robotiques et à la passerelle lunaire, une station spatiale modulaire en orbite autour de la Lune avec des logements pour les astronautes, un laboratoire pour la science et des ports pour la visite de vaisseaux spatiaux.

Maxar, basé à Westminster, dans le Colorado, a été le premier contractant sélectionné par la NASA en mai pour aider à la construction d’un module de propulsion pour la plate-forme Gateway.

Reportage de Joey Roulette à Washington; édité par Bill Tarrant et Stephen Coates

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *