Skip to content
Le bureau suisse de la protection de la vie privée veut des détails sur le projet cryptographique Libra de Facebook

PHOTO DE FICHIER: le 21 juin 2019, des images de monnaie virtuelle apparaissent devant le logo de la Balance sous forme de petits jouets. REUTERS / Dado Ruvic / Illustration / File Photo

ZURICH (Reuters) – L’organe suisse de surveillance de la vie privée a déclaré mardi ne pas avoir reçu de réponse à une lettre du 17 juillet sollicitant des précisions sur les activités de Facebook (FB.O) Projet suisse basé sur la crypto-monnaie Libra, en ajoutant qu’il a besoin des informations pour déterminer son rôle de supervision.

«Le Commissaire fédéral à la protection des données et à l’information (PFPDT) a pris note des remarques de M. David Marcus lors de son audition devant un comité du Sénat américain», a déclaré le chien de garde dans un communiqué. «Le PFPDL a déclaré dans sa lettre que, n'ayant reçu aucune indication sur les données à caractère personnel pouvant être traitées, l'association Libra devrait l'informer de l'état d'avancement du projet afin qu'il puisse évaluer dans quelle mesure ses compétences de conseil et de supervision pouvoirs s'appliqueraient. "

Marcus, qui supervise les efforts de blockchain de Facebook, a déclaré plus tôt ce mois-ci, lors de l’audience devant le Sénat, qu’il s’attendait à ce que le commissaire du PFPDD soit le régulateur de la confidentialité de Libra, car son association a son siège à Genève.

Reportage de John Miller; édité par David Evans

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *