Actualité culturelle | News 24

Le bloc des partis arabes se divise avant les élections israéliennes

JERUSALEM (AP) – Un bloc de partis arabes s’est scindé avant les cinquièmes élections israéliennes en moins de quatre ans, une décision qui pourrait diluer l’influence politique de la minorité et favoriser le retour au pouvoir de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les médias israéliens ont rapporté jeudi soir que le parti nationaliste Balad se présenterait séparément des deux autres partis de la Liste arabe unie. S’il n’atteint pas le seuil minimum, Balad n’entrera pas dans le prochain parlement et ses votes seront essentiellement gaspillés.

La désunion pourrait également freiner la participation globale de la minorité arabe d’Israël, qui représente 20 % de la population d’Israël.

Les partis arabes ont contribué à empêcher Netanyahu de revenir au pouvoir lors des récentes élections. Un quatrième parti arabe, l’islamiste Ra’am, a également quitté la Liste arabe unie et est entré dans l’histoire l’année dernière en rejoignant pour la première fois une coalition au pouvoir.

Les citoyens arabes d’Israël ont des liens familiaux étroits avec les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza occupées et s’identifient largement à leur cause, ce qui les conduit à être considérés avec suspicion par de nombreux Israéliens juifs. Les citoyens arabes ont fait des progrès importants au cours des dernières décennies, en médecine et dans d’autres domaines, mais sont toujours confrontés à une discrimination généralisée.

Les élections du 1er novembre, comme les quatre dernières, devraient être une course acharnée entre l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est jugé pour corruption, et une constellation de partis de tous les horizons politiques qui pensent qu’il est inapte à régner.

Les élections israéliennes sont des concours entre plusieurs partis politiques, dont aucun n’a jamais remporté une majorité absolue. Les candidats au poste de Premier ministre doivent former des coalitions avec au moins 61 sièges sur les 120 membres de la Knesset.

La fracture de la Liste arabe unie semblerait profiter à Netanyahu en diluant l’influence de ses opposants les plus véhéments. Cependant, sans la ligne dure Balad, les deux autres partis pourraient être plus ouverts à rejoindre une coalition dirigée par l’actuel Premier ministre par intérim, Yair Lapid, un politicien de centre gauche et principal adversaire de Netanyahu. Il n’est pas clair, cependant, si les potentiels alliés de droite de Lapid accepteraient une telle alliance.

Un récent sondage prédit une course serrée entre Netanyahu et Lapid, chaque camp politique luttant pour rassembler une majorité. Si les deux échouent, le pays se rendra à nouveau aux élections.

The Associated Press

Articles similaires