Dernières Nouvelles | News 24

L’attaque iranienne fait 19 morts, dont 4 membres d’élite des Gardiens de la révolution

Une attaque par des séparatistes armés contre un poste de police dans une ville du sud-est a tué 19 personnes, dont quatre membres de l’élite iranienne des Gardiens de la révolution islamique, a rapporté samedi l’agence de presse publique iranienne IRNA.

Les assaillants de l’attaque de vendredi se sont cachés parmi les fidèles près d’une mosquée de la ville de Zahedan et ont attaqué le poste de police voisin, selon le rapport.

IRNA a cité Hossein Modaresi, le gouverneur de la province, disant que 19 personnes avaient été tuées. Le journal a indiqué que 32 membres de la Garde, dont des volontaires des forces Basiji, ont également été blessés dans les affrontements.

Il n’était pas immédiatement clair si l’attaque était liée à des manifestations antigouvernementales à l’échelle nationale en Iran après la mort en garde à vue d’une jeune femme iranienne.

Des manifestants font du feu et bloquent la rue lors d’une manifestation contre la mort d’une femme détenue par la police des mœurs, dans le centre-ville de Téhéran, en Iran. (AP Photo)
(Presse associée)

LES AUTORITÉS IRANIENNES ARRÊTENT DES CÉLÉBRITÉS, DES ARTISTES ET DES RESSORTISSANTS ÉTRANGERS PENDANT LA RÉPRESSION DES MANIFESTATIONS : RAPPORT

La province du Sistan-Balouchistan borde l’Afghanistan et le Pakistan et a déjà été le théâtre d’attaques contre les forces de sécurité par des séparatistes de l’ethnie baloutche, bien que le rapport Tasnim de samedi n’ait pas identifié de groupe séparatiste prétendument impliqué dans l’attaque.

L’IRNA a identifié samedi le mort comme étant Hamidreza Hashemi, un colonel des Gardiens de la révolution ; Mohammad Amin Azarshokr, membre de la Garde ; Mohamad Amin Arefi, un Basiji, ou force volontaire avec l’IRG ; et Saeed Borhan Rigi, également Basiji.

Tasnim et d’autres organes de presse iraniens liés à l’État ont rapporté vendredi que le chef du département des renseignements de la Garde, Seyyed Ali Mousavi, avait été abattu lors de l’attaque et décédé plus tard.

Il n’est pas rare que des membres de l’IRG soient présents dans les bases de police du pays.

Une moto de police brûle lors d'une manifestation contre la mort d'une jeune femme qui avait été arrêtée pour avoir enfreint le code vestimentaire conservateur du pays, dans le centre-ville de Téhéran, en Iran. (AP Photo)

Une moto de police brûle lors d’une manifestation contre la mort d’une jeune femme qui avait été arrêtée pour avoir enfreint le code vestimentaire conservateur du pays, dans le centre-ville de Téhéran, en Iran. (AP Photo)

LES MANIFESTANTS EN IRAN INSISTENT QUE LE RÉGIME ISLAMIQUE “NE REPRÉSENTE PAS” LE PEUPLE DANS UNE INTERVIEW EXCLUSIVE

Des milliers d’Iraniens sont descendus dans la rue au cours des deux dernières semaines pour protester contre la mort de Mahsa Amini, une femme de 22 ans qui avait été arrêtée par la police des mœurs dans la capitale de Téhéran pour avoir prétendument porté trop lâchement son foulard islamique obligatoire. .

Les manifestants ont exprimé leur colère face au traitement des femmes et à la répression plus large dans la République islamique. Les manifestations à l’échelle nationale se sont rapidement transformées en appels au renversement de l’establishment clérical qui dirige l’Iran depuis sa révolution islamique de 1979.

Les manifestations ont attiré des partisans de divers groupes ethniques, y compris des mouvements d’opposition kurdes du nord-ouest qui opèrent le long de la frontière avec l’Irak voisin. Amini était un Kurde iranien et les protestations ont d’abord éclaté dans les régions kurdes.

La télévision d’État iranienne a rapporté qu’au moins 41 manifestants et policiers ont été tués depuis le début des manifestations le 17 septembre. Un décompte de l’Associated Press des déclarations officielles des autorités a fait au moins 14 morts, avec plus de 1 500 manifestants arrêtés.

L’IRAK CONVOQUE L’AMBASSADEUR D’IRAN A LA SUITE D’UNE CAMPAGNE D’ATTENTATS MORTELS

Vendredi également, l’Iran a déclaré avoir arrêté neuf étrangers liés aux manifestations, que les autorités ont imputées à des entités étrangères hostiles, sans fournir de preuves.

Il a été difficile d’évaluer l’ampleur des manifestations, en particulier en dehors de Téhéran. Les médias iraniens n’ont couvert que sporadiquement les manifestations.

Des témoins ont déclaré que des manifestations dispersées impliquant des dizaines de manifestants avaient eu lieu samedi autour d’une université du centre-ville de Téhéran. La police anti-émeute a dispersé les manifestants, qui ont scandé “mort au dictateur”. Certains témoins ont déclaré que la police avait tiré des gaz lacrymogènes.

Les personnes qui ont suivi l'appel de la Société germano-iranienne à Berlin manifester devant l'ambassade d'Iran contre la soi-disant "police morale" dans leur pays d'origine, à Berlin, en Allemagne, le vendredi 23 septembre 2022.

Des personnes ayant suivi l’appel de la Société germano-iranienne à Berlin manifestent devant l’ambassade d’Iran contre la soi-disant “police morale” de leur pays d’origine, à Berlin, en Allemagne, le vendredi 23 septembre 2022.
(Wolfgang Kumm/dpa via AP)

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Le chef de l’opposition iranienne Mir Hossein Mousavi, quant à lui, a rappelé aux forces armées iraniennes leur devoir envers la vie et les droits du peuple, a rapporté la chaîne d’opposition Telegram basée à l’étranger Kaleme.

Le Mouvement vert de Mousavi a contesté l’élection présidentielle contestée de 2009 en Iran dans des troubles à un niveau jamais vu depuis sa révolution islamique de 1979 avant d’être écrasé par les autorités.

“De toute évidence, votre capacité qui vous a été attribuée est de défendre les gens, pas de supprimer les gens, de défendre les opprimés, et non de servir les puissants et les oppresseurs”, a-t-il déclaré.

Articles similaires