Skip to content

COVID-19 n'est pas la plus grande crise de notre histoire. Ce n'est même pas la plus grande crise de santé publique de notre histoire. Mais le verrouillage est sans aucun doute la plus grande atteinte à la liberté individuelle de notre histoire.

Il est normal à ce stade d'ajouter «en temps de paix». Mais nous pouvons oublier cela. Même en temps de guerre, nous n'avons jamais confiné toute la population chez eux, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, s'ils n'avaient pas d'excuse acceptable pour un ministre.

Les États ont toujours tenté de confiner les personnes porteuses d’infections dangereuses. Mais nous vivons dans un monde nouveau dans lequel, si nous sommes malades, l'État tentera de nous guérir. Il en résulterait que l'État peut prendre le contrôle de nos vies contre notre volonté même si nous sommes en bonne santé, de peur de tomber malades et d'avoir trop besoin de ses services.

Du coup, c'est notre devoir de sauver le NHS, et non l'inverse.

Il est désormais inutile de s'opposer à l'imposition du verrouillage en premier lieu. C'est arrivé. La question est de savoir comment nous en sortir.

L'ancien juge de la Cour suprême LORD SUMPTION livre une critique décourageante du verrouillage du gouvernement

LORD SUMPTION: Le verrouillage est sans aucun doute la plus grande interférence avec la liberté personnelle de notre histoire (photo, un centre-ville déserte de Leeds, 2 mai 2020)

Il est dommage que le gouvernement ne se soit pas posé cette question lorsque, dans la panique aveugle qui a suivi la présentation des projections statistiques du professeur Neil Ferguson de l'Imperial College de Londres, il a légiféré le verrouillage du sabot lors d'une conférence de presse en fin de soirée.

Ils se retrouvent désormais piégés par leurs propres décisions.

Les ministres ont formulé cinq critères à satisfaire avant la levée du verrouillage. Ce qui ne va pas avec ces tests, c'est qu'ils sont tous axés sur la santé et seulement sur la santé.

Le gouvernement les a formulées dans leur propre intérêt. Ils pensent que cela leur permettra d'éviter les critiques en s'abritant derrière les scientifiques. Mais ce n'est qu'une évasion de la responsabilité politique. Bien sûr, il est compréhensible que les politiciens veuillent se mettre à l’abri des critiques. Mais il n'y a aucune raison pour que le reste d'entre nous les aide à le faire.

Mettre fin au verrouillage est une décision politique et non scientifique.

Cela se résume à une seule question. Est-ce que ça vaut le coup? Cela ne dépend que partiellement de la science. Il y a également des jugements moraux, des valeurs constitutionnelles et des conséquences économiques. Mais comme le gouvernement aime que ses tests arrivent par cinq, voici un test en cinq parties qui tente de résoudre les vrais problèmes.

L'ancien juge de la Cour suprême LORD SUMPTION livre une critique décourageante du verrouillage du gouvernement

SEIGNEUR SOMMEIL: Quel genre de relation voulons-nous avec l'État?

Tout d'abord, le problème médical. Je ne vais pas discuter des projections du professeur Ferguson. Ils ont causé un certain inconfort chez les professionnels réputés. Ils sont basés sur des hypothèses plutôt arbitraires. Et ils laissent de côté des considérations importantes, telles que les conséquences néfastes sur la santé du verrouillage lui-même ou le nombre de personnes qui seraient décédées de toute façon de conditions cliniques sous-jacentes même sans Covid-19, peut-être quelques mois plus tard. Mais considérons comme acquis, car il est probablement vrai, que le verrouillage sauvera un nombre important de vies, quoique moins que les projets du professeur Ferguson.

Deuxièmement, nous devons nous demander combien de décès nous sommes prêts à accepter afin de préserver d'autres choses que nous apprécions. Quelle que soit la valeur de «sauver des vies», ce n'est pas la seule chose valable. Une certaine comparaison est donc inévitable entre les vies que nous gagnons et les autres choses que nous perdons par un verrouillage.

Dire que la vie n'a pas de prix et que rien d'autre ne compte que de la rhétorique vide de sens. Les gens le disent parce que c'est émotionnellement confortable et évite les dilemmes gênants. Mais ils n'y croient pas vraiment.

Nous sommes allés à la guerre en 1939 parce que des vies valaient la peine d'être perdues pour la liberté. Nous autorisons les voitures sur les routes parce que des vies valent la peine d'être perdues pour plus de commodité. Nous voyageons par avion bien que la pollution tue. Nous tut-tut à ce sujet, mais nous le faisons volontiers.

Troisième question. Quelle sorte de vie pensons-nous protéger? La vie ne se limite pas à éviter la mort. La vie est un verre entre amis. La vie est un match de football bondé ou un concert en direct. La vie est une fête de famille avec enfants et petits-enfants. La vie est compagnie, un bras autour du dos, des rires ou des larmes partagés à moins de deux mètres. Ces choses ne sont pas seulement des extras facultatifs. Ils sont la vie même. Ils sont fondamentaux pour notre humanité, pour notre existence en tant qu'êtres sociaux. Bien sûr, la mort est permanente, tandis que la joie peut être temporairement suspendue. Mais la force de ce point dépend de son caractère temporaire.

Les virus ne disparaissent pas seulement. Celui-ci ne disparaîtra jamais à moins et jusqu'à ce qu'il y ait suffisamment d'exposition pour produire une immunité collective ou qu'un vaccin efficace apparaisse.

Parler de «protéger» obligatoirement (en anglais clair) le verrouillage des personnes âgées et vulnérables jusqu'à ce qu'une de ces choses se produise est une moquerie cruelle des valeurs humaines fondamentales.

Quatrièmement, il y a la question de l'argent. Les gens dénoncent les tentatives de mesurer la mortalité de Covid-19 par rapport au coût économique de sa réduction. Mais c'est aussi de la rhétorique, et de la rhétorique hypocrite à cela.

L'ancien juge de la Cour suprême LORD SUMPTION livre une critique décourageante du verrouillage du gouvernement

LORD SUMPTION: Mettre fin au verrouillage est une décision politique et non scientifique (photo: résidents de l'Amberwood Care Home à Leicester, 27 avril 2020)

L'argent n'est pas seulement pour les ploutocrates. Vous et moi et le rédacteur en chef de The Guardian et le chauffeur du bus n ° 9 et l'archevêque de Canterbury et le caissier du supermarché apprécient et dépendent de l'argent.

Pas seulement dans le sens où il paie nos salaires ou pensions. Des centaines de milliers d'entreprises sont en faillite. Des millions passent de l'emploi au crédit universel. Une économie florissante, comme celle que nous jetons actuellement, est la source de notre sécurité et le fondement de l'avenir de nos enfants.

Nous ferions bien de ne pas nous moquer de lui. La pauvreté tue aussi. Et quand il ne tue pas, il mutile mentalement, physiquement et socialement.

Enfin et surtout, nous devons nous demander quelles sont les limites des choses que l'État peut légitimement faire aux gens contre leur gré dans une démocratie libérale.

Dire qu'il n'y a pas de limites est l'affaire des tyrans. Chaque despote qui ait jamais vécu pensait qu'il contraignait ses sujets pour leur propre bien ou celui de la société dans son ensemble.

L'une des observations les plus impressionnantes de l'épidémiologiste suédois, le professeur Johann Giesecke, dans l'interview dans laquelle il a justifié le refus de la Suède d'enfermer son peuple, ne concernait pas du tout l'épidémiologie.

Son point de vue était qu'il y a certaines choses qui peuvent fonctionner et qu'un État totalitaire comme la Chine peut faire. Mais un pays comme la Suède avec sa longue tradition libérale ne peut les faire que s'il veut devenir comme la Chine.

Nous devons aussi nous demander quel type de relation nous voulons avec l'État. Voulons-nous vraiment être le genre de société où les libertés fondamentales sont subordonnées aux décisions des politiciens asservies aux scientifiques et aux statisticiens? Où les êtres humains ne sont que des outils de politique publique?

Une société dans laquelle le gouvernement peut confiner la plupart de la population sans controverse n'est pas une société dans laquelle des personnes civilisées voudraient vivre, quelles que soient leurs réponses à ces questions. Est-ce que ça vaut le coup?

Ma propre réponse est non. Les conseils sont bons. L'auto-isolement volontaire est bien, et fortement recommandé pour les plus vulnérables. La plupart d'entre eux le feront par choix. Mais la coercition n'est pas bien. Il n'y a aucune justification morale ou de principe à cela.

Tout le monde ne sera pas d'accord, ce qui est assez juste. Ce sont des jugements de valeur difficiles, sur lesquels on ne s'attendrait pas à un accord général.

Le point fondamental est que ces questions doivent être confrontées et discutées publiquement par les politiciens sans le genre d'évasions émotives, de slogans propagandistes et de battage médiatique généralisé qui ont caractérisé leur contribution jusqu'à présent.