L’Allemagne veut que la règle de l’unanimité de l’UE soit supprimée — RT World News

Dans certains domaines critiques, la chancelière allemande a suggéré de passer au vote à la majorité

Le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé lundi les membres de l’UE à abandonner le droit de veto en faveur du vote à la majorité dans un certain nombre de domaines clés. Une telle décision pourrait faciliter l’expansion future du bloc.

S’exprimant à l’Université Charles de Prague, Scholz a fait valoir que la modification des pratiques de vote pourrait contribuer à la croissance de l’UE, étant donné qu’actuellement, tout membre du bloc peut opposer son veto à l’adhésion d’un pays candidat. Il a également suggéré d’introduire le vote à la majorité sur un certain nombre de questions urgentes, notamment les sanctions et les droits de l’homme.

Là où l’unanimité est requise aujourd’hui, le risque qu’un pays individuel utilise son veto et empêche tous les autres d’aller de l’avant augmente avec chaque État membre supplémentaire», a déclaré la chancelière allemande.

Selon Scholz, «le principe d’unanimité ne fonctionne que tant que la pression pour agir est faible», citant l’exemple de l’offensive militaire russe en Ukraine, qui a remis en question la manière dont l’UE aborde l’élaboration des politiques.





Le dirigeant allemand souhaite également que l’UE passe au vote à la majorité dans des domaines tels que la fiscalité et la politique étrangère, ajoutant qu’il sait “bien que cela aurait aussi des répercussions sur l’Allemagne.

Scholz a noté que Berlin soutient l’élargissement de l’UE, ajoutant qu’il pense que les pays des Balkans occidentaux, ainsi que l’Ukraine, la Moldavie et la Géorgie finiront par rejoindre le bloc et que cela entraînera inévitablement plus de différences entre les membres.

Dans l’état actuel des choses, n’importe lequel des 27 membres de l’UE peut annuler une décision soutenue par les autres pays. Cela donne aux petits États un effet de levier important sur les politiques du bloc, ce qui peut parfois paralyser la prise de décision.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :