L’Allemagne dit avoir aidé 21 000 personnes à sortir d’Afghanistan

Espace réservé pendant le chargement des actions d’article

BERLIN – Le gouvernement allemand a réussi à faire sortir d’Afghanistan plus de 21 000 anciens employés locaux et autres personnes en danger depuis que les talibans ont pris le pouvoir il y a près d’un an, a déclaré jeudi le ministre allemand des Affaires étrangères.

Cependant, environ 10 000 personnes attendent toujours une opportunité de sortir avec l’aide allemande, a déclaré Annelena Baerbock aux journalistes à Berlin. Il s’agit principalement de personnes inscrites sur une soi-disant « liste des droits de l’homme » et donc particulièrement à risque. Seule la moitié de ce groupe a jusqu’à présent réussi à quitter l’Afghanistan.

Baerbock a déclaré que les personnes qui ont quitté l’Afghanistan, principalement via le Pakistan, représentent environ les deux tiers du total dont l’admission en Allemagne a été approuvée.

Il s’agit notamment d’Afghans qui ont soit travaillé pour l’Allemagne en tant qu’employés locaux, soit participé à des efforts pour la démocratie et les droits de l’homme en Afghanistan.

Environ 75% des salariés locaux notamment ont pu partir. En outre, presque tous les ressortissants allemands et leurs familles ont quitté le pays.

Le ministre a déploré que la crise économique et humanitaire en Afghanistan continue de s’aggraver et que les droits de l’homme soient massivement restreints.

“En fin de compte, la vie des Afghans s’est considérablement détériorée au cours des derniers mois”, a déclaré Baerbock.

L’un des principaux obstacles qui empêchent les gens de sortir d’Afghanistan est que les talibans exigent de ceux qui veulent partir en avion qu’ils présentent un passeport, ce que de nombreuses personnes à risque n’ont pas. Et les pays voisins insistent sur les visas, qui peuvent être coûteux et nécessitent également la possession d’un passeport.

“Je voudrais dire clairement que les difficultés pour faire sortir les gens d’Afghanistan en premier lieu resteront malheureusement et c’est pourquoi notre tâche principale restera également de simplement fournir un soutien sur le terrain”, a déclaré le ministre.